Initiative apportant une réponse aux défis posés par les plateformes en ligne en ce qui concerne la propagation de fausses informations (communication)

EESC opinion: Initiative apportant une réponse aux défis posés par les plateformes en ligne en ce qui concerne la propagation de fausses informations (communication)

Points clés

  • Différents outils et méthodes sont actuellement utilisés pour affaiblir les valeurs européennes et les actions extérieures de l’UE, ainsi que pour développer et susciter des attitudes nationalistes et séparatistes, manipuler le public et interférer directement dans la politique intérieure de pays souverains et dans l’ensemble de l’UE. En outre, on observe une influence croissante des capacités de cyberattaque et l’arsenalisation accrue des technologies dans le but atteindre des objectifs politiques. L’impact de telles actions est souvent sous-estimé.
  • Le CESE souscrit à l’appel de la Commission qui invite les plateformes de médias sociaux à faire preuve d’une plus grande responsabilité. Toutefois, la communication de la Commission ne prévoit aucune démarche concrète obligatoire à cette fin. Le CESE invite la Commission à clore l’examen du régime de responsabilité juridique des plateformes en ligne et à mettre en œuvre une réglementation ciblée les concernant, eu égard à leur définition et leur nature. Les plateformes en ligne et les réseaux sociaux devraient s’engager à mettre en œuvre de telles mesures pour garantir la transparence. Ils devraient en outre être encouragés à prendre des mesures efficaces pour améliorer la visibilité d’informations fiables et dignes de confiance et en faciliter l’accès pour les utilisateurs.
  • L’absence de sentiment d’urgence et d’ambition empêchent la Commission de traiter plusieurs questions fondamentales telles que les programmes de soutien destinés aux médias traditionnels visant à garantir le droit fondamental des citoyens à une information fiable et de qualité. Le CESE partage l’avis de la Commission selon lequel l’ensemble des acteurs de la vérification des faits devrait travailler en étroite collaboration. Des réseaux similaires existent déjà, dont un sous l’égide de la task-force East Stratcom. Le CESE invite la Commission et les États membres à soutenir pleinement les efforts de cette dernière. Cela passe non seulement par un budget approprié, mais également par la participation active de tous les États membres aux travaux de cette task-force. Le site web présentant les résultats des efforts déployés par celle-ci devrait faire l’objet d’une promotion plus proactive afin de sensibiliser davantage l’opinion publique européenne à ces menaces.