Dix ans de partenariat oriental: bilan de ses réalisations et élaboration de sa politique future

This page is also available in

Avis du CESE: Dix ans de partenariat oriental: bilan de ses réalisations et élaboration de sa politique future

Contenu essentiel de l’avis

 

  • Le Comité économique et social européen (CESE) tient le partenariat oriental pour une initiative de l’Union européenne à la fois très nécessaire et susceptible d’être couronnée de succès et demande au Parlement européen récemment élu et à la Commission européenne de s’engager pleinement en sa faveur. Le CESE s’engage également à continuer à participer très fortement à la construction de sociétés plus fortes et plus démocratiques dans les pays du voisinage de l’Union.
  • Si les accords d’association (AA), y compris la zone de libre-échange approfondi et complet (ZLEAC), et les accords de déplacement sans obligation de visa avec la Géorgie, la République de Moldavie et l’Ukraine (le «trio associé») constituent les principales réalisations du partenariat oriental, l’on attend de ce dernier qu’il accomplisse au cours de la prochaine décennie des avancées plus importantes et mieux ciblées. Le Comité fait valoir que, tandis que le «trio associé» a montré qu’il progressait de plus en plus et qu’il était disposé à entreprendre des réformes, tout comme l’Arménie qui suit ce bon exemple, la Biélorussie et l’Azerbaïdjan ont pour l’essentiel stagné et, dans certains cas, se sont éloignés davantage encore de la définition de la démocratie.
  • Le CESE tient l’Union européenne en tout premier lieu pour une union de valeurs; par conséquent, les relations que celle-ci entretient avec ses voisins devraient également être fondées sur les mêmes valeurs et assorties à l’avenir de conditions.
  • Le Comité met en évidence les aspects suivants en tant que principaux défis qu’il conviendra d’affronter dans le cadre du partenariat oriental: la mise en œuvre effective des accords d’association et de la zone de libre-échange approfondi et complet, ainsi que des autres engagements y afférents, la consolidation de l’état de droit, la mise en place des réformes de la justice et la lutte contre la corruption; le renforcement de la protection de l’environnement et la lutte active contre le changement climatique; l’accroissement de la résilience de la société en contrecarrant les menaces hybrides et la désinformation; l’affermissement des conditions d’ensemble en faveur de la société civile et de médias libres et indépendants, et l’intensification de l’engagement de l’Union européenne à contribuer à améliorer la vie des citoyens touchés par les conflits dans cette région du monde.
  • Le CESE estime qu’il est nécessaire d’accorder davantage d’attention et de disposer de davantage d’instruments afin d’accroître les compétences des organisations de la société civile, des fonctionnaires et des dirigeants politiques des pays du partenariat oriental, ainsi que de renforcer les capacités des syndicats et des associations d’entreprises.