Défis et mutations industrielles à venir dans le secteur aérospatial de l’UE (avis d’initiative)

This page is also available in

Avis du CESE: Défis et mutations industrielles à venir dans le secteur aérospatial de l’UE (avis d’initiative)

Conclusions et recommandations

Nécessité pour l’UE de développer une politique industrielle pour le secteur aéronautique qui permette à son industrie aéronautique d’opérer dans des conditions de concurrence équitables, dans un contexte de vive concurrence de la part des acteurs établis (en particulier les États-Unis) et de concurrence croissante de la part d’acteurs émergents (notamment la Chine). Dans ce contexte, il y a lieu de mettre en place une sentinelle de l’aéronautique au niveau de l’UE et de faire de ce secteur un élément central de la diplomatie économique et de la politique commerciale de l’Union.

Défis en matière de compétences, notamment la nécessité de faire en sorte que la main-d’œuvre vieillissante du secteur, qui est hautement spécialisée, ait la possibilité de partager son expérience et ses compétences avec des travailleurs plus jeunes; nécessité d’attirer davantage de jeunes dans le secteur, dans lequel les compétences en matière d’ingénierie et de technologies de l’information et de la communication (TIC) sont de plus en plus recherchées, et impérieuse nécessité de mettre à niveau les compétences des travailleurs existants en lien avec la numérisation.

Nécessité de maintenir la recherche en matière d’aviation civile au rang des grandes priorités du programme Horizon Europe et d’augmenter le budget qui lui est alloué par rapport au programme Horizon 2020. Dans ce contexte, il convient d’assurer la poursuite des entreprises technologiques fructueuses visant à réduire l’incidence environnementale des émissions en lançant les initiatives Clean Skye 3 et SESAR 3.

Nécessité de déployer de toute urgence les solutions SESAR et de mettre en place le ciel unique européen (SES) après des décennies de discussions. Nécessité d’investir dans des capacités efficaces au sol et dans les airs, afin de faciliter la croissance de l’aviation tout en réduisant ses incidences sur l’environnement et en relevant les niveaux de sécurité.

Nécessité de renforcer le rôle international de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et d’axer davantage sa réglementation sur les performances, pour pouvoir déployer les nouvelles technologies de manière sûre et plus efficace et garantir des conditions de concurrence équitables pour les exportateurs européens.

Nécessité de trouver des solutions en vue d’un accord post-Brexit efficace couvrant: le régime douanier, les cadres réglementaires, la coopération en matière de recherche et de déploiement et la mobilité des travailleurs. Les discussions techniques portant sur la réglementation doivent débuter dans les plus brefs délais, pour garantir la mise en place de mesures d’atténuation.

Nécessité de progresser en matière de filtrage des investissements directs étrangers (IDE) par l’UE, afin de protéger les technologies qui revêtent un caractère critique pour les industries européennes de la production et de la maintenance, réparation et révision (MRR) actives dans le secteur aéronautique.

Nécessité d’assurer un dialogue social continu entre les employeurs, les employés et la société civile. Il est nécessaire également d’engager un dialogue social spécifique pour le secteur de l’aéronautique au titre de la décision 98/500/CE du Conseil.