Commerce international et tourisme — Un programme mondial de développement durable (avis d’initiative)

This page is also available in

Avis du CESE: Commerce international et tourisme — Un programme mondial de développement durable (avis d’initiative)

Points clés:

Le taux de croissance du tourisme étant supérieur à celui de l’économie en général, il est clair que ce secteur peut être considéré comme un moteur important de l’emploi et de la croissance économique. À ce titre, le tourisme et le commerce international sont des facteurs déterminants pour réaliser les objectifs du programme de développement durable à l’horizon 2030 (ODD). Aussi le Comité économique et social européen (CESE) recommande-t-il que les responsables des secteurs économiques concernés déclarent explicitement leur engagement à contribuer à la réalisation de ces objectifs.

Le CESE rappelle l’importance que revêt la programmation financière pour mettre en œuvre les priorités politiques et insiste sur le rôle que jouent les budgets en tant que moyen le plus efficace d’appliquer les politiques définies. Il demande dès lors que soit prise en compte l’importance du tourisme, par la voie notamment d’une révision de la dernière proposition de cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027 en vue d’y intégrer une ligne budgétaire spécifique.

Le nombre relativement restreint des obstacles à l’entrée sur le marché dans le secteur du tourisme ne doit pas pénaliser les travailleurs du tourisme sur le plan économique et social. Le CESE suggère également que des mesures soient prises pour aligner ou reconnaître la formation, les normes et les qualifications professionnelles dans le secteur du tourisme, renforcer les efforts en vue de la création d’un passeport professionnel européen et promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie dans le secteur du tourisme.

Nul ne contestant que le tourisme international, outre l’importance qu’il revêt sur le plan économique, contribue de manière éloquente à l’entente entre les peuples et à l’élimination des préjugés et qu’il soutient ce faisant clairement l’action extérieure de l’Union, il y aurait lieu de soutenir par des mesures particulières les formes spécifiques de tourisme telles que le tourisme culturel et le tourisme social. Le Comité attire en outre l’attention sur la nécessité de promouvoir, entre autres, le tourisme de santé, le tourisme sportif, l’agrotourisme et l’écotourisme.