You are here

CFP et ITER

Points clés
  • Le CESE fait observer que la réalisation de l’énergie propre revêt une priorité élevée et qu’à cette fin, l’énergie de fusion est reconnue comme une solution potentielle à long terme, l’Europe étant à la pointe du développement de technologies de fusion sans carbone, durables et contribuant à garantir la sécurité de notre bouquet d’approvisionnement énergétique.
  • Le CESE souligne que le niveau élevé des investissements à long terme nécessaires au développement d’une centrale électrique à fusion reste associé à un certain risque industriel, mais qu’en cas de succès, la réalisation d’une centrale à fusion constituerait un élément nouveau qui modifierait radicalement l’approvisionnement énergétique actuel en tant qu’innovation de rupture, dès lors que les combustibles de fusion sont abondants et pratiquement inépuisables.
  • La proposition aborde les principaux défis auxquels sera confronté le prochain CFP s’agissant de maintenir la dynamique positive du projet ITER. Le CESE se félicite de l’évolution positive des dernières années, des problèmes ayant été surmontés grâce à une refonte majeure du projet ITER (nouvelle équipe de direction et calendrier de référence révisé).
  • Le CESE encourage la Commission à mettre davantage l’accent sur la nécessité de relier le projet ITER et la recherche européenne en matière de fusion organisée par EUROfusion, consortium financé par le programme de recherche et de formation d’Euratom, qui gère le projet du Joint European Torus (JET), une importante installation expérimentale située à Culham, au Royaume-Uni.
  • Le CESE entend que le projet ITER soulève des questions importantes qui ne peuvent être traitées que dans le cadre du JET et se fait dès lors l’écho des préoccupations concernant l’incidence du Brexit sur la poursuite du JET.