Cadre européen pour un apprentissage efficace et de qualité

This page is also available in

Avis du CESE: Cadre européen pour un apprentissage efficace et de qualité

Dans son avis, le CESE reconnaît le rôle positif que l'apprentissage peut jouer dans l'amélioration de l'employabilité et l'acquisition de compétences adaptées au marché du travail, à la fois pour les jeunes et les adultes. Le Comité se félicite que les États membres soient invités à promouvoir la participation active des partenaires sociaux à la conception, à la gouvernance et à la mise en œuvre des programmes d'apprentissage conformément aux systèmes nationaux de relations professionnelles et aux pratiques d'éducation et de formation. Cependant, il estime également que les apprentis eux-mêmes et d'autres parties prenantes - telles que les organisations de jeunes et de parents et les syndicats d'étudiants - devraient également être activement impliqués dans la conception, la gouvernance et la mise en œuvre des programmes d'apprentissage. Il faut insister davantage sur la façon dont les apprentis peuvent s'approprier leurs parcours d'apprentissage. Donner aux apprentis la capacité d'influencer leur expérience d'apprentissage permettrait de créer des expériences d'apprentissage plus productives, ce qui profite également au prestataire de placement. Le CESE appelle à des initiatives qui explorent le potentiel de la mobilité transnationale des apprentis dans l'UE. Il se félicite de l'intention de suivre la mise en œuvre de la recommandation avec le soutien du Comité consultatif pour la formation professionnelle (CCFP), ainsi que du Semestre européen, et suggère le développement d'indicateurs pour évaluer l'impact au niveau national.
Enfin, le Comité se déclare prêt à évaluer la mise en œuvre de la recommandation dans les États membres, du point de vue de la société civile organisée.


Points clés

  • La Commission européenne a adopté une proposition relative à un cadre européen pour un apprentissage efficace et de qualité dans le cadre de la «nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe», adoptée en juin 2016, en tenant compte des contributions essentielles des partenaires sociaux. L’initiative s’inscrit dans le prolongement du socle européen des droits sociaux, qui prévoit un droit à une éducation, une formation et un apprentissage tout au long de la vie qui soient inclusifs et de qualité, et s’appuie sur des contributions majeures de la part des partenaires sociaux.
  • La Commission a recensé 14 critères principaux à utiliser par les États membres et les acteurs concernés pour instaurer un apprentissage efficace et de qualité. Cette initiative devrait favoriser l’employabilité et le développement personnel des apprentis et contribuer à la mise en place d’une main-d’œuvre hautement compétente et qualifiée, capable de s’adapter aux besoins du marché du travail.
  • Dans son avis, le CESE reconnaît le rôle positif que peut jouer l’apprentissage pour renforcer les compétences et l’employabilité, en particulier des jeunes, mais souligne que le chômage est un phénomène complexe et qu’une approche globale est nécessaire pour s’attaquer à ses causes profondes au-delà de la question de l’inadéquation des compétences.
  • Le Comité exprime son accord avec le choix de l’instrument juridique qu’est la recommandation, étant donné que celle-ci encourage la coordination entre les États membres tout en leur laissant une marge de manœuvre à l’échelon national.La définition et les critères établis par la Commission européenne dans la proposition de recommandation du Conseil respectent la diversité des systèmes nationaux dans le domaine de l’apprentissage.
  • Le CESE se félicite que les États membres soient invités à promouvoir la participation active des partenaires sociaux à la conception, à la gouvernance et à la mise en œuvre de programmes d’apprentissage, conformément aux systèmes nationaux de relations du travail et à la pratique en matière d’éducation et de formation.
  • Il estime en outre que les apprentis et d’autres parties prenantes importantes, telles que les organisations de jeunesse et de parents ou les syndicats d’étudiants, devraient également être activement associées à la conception, la gouvernance et la mise en œuvre des programmes d’apprentissage.
  • Il est nécessaire de mettre davantage l’accent sur la manière dont les apprentis peuvent jouer un rôle plus actif dans leurs parcours d’apprentissage. Le fait de donner aux apprentis la possibilité d’influencer leur expérience d’apprentissage rendrait celle-ci plus productive, ce qui serait également bénéfique pour ceux qui les encadrent.
  • Le CESE demande que des initiatives soient prises pour explorer le potentiel de mobilité transnationale des apprentis dans l’UE.
  • Il se félicite de l’intention de contrôler la mise en œuvre de la recommandation avec le soutien du comité consultatif pour la formation professionnelle (CCFP), ainsi que dans le cadre du Semestre européen, et suggère d’élaborer des indicateurs pour évaluer l’impact au niveau national.
  • Enfin, le Comité se déclare prêt à évaluer la mise en œuvre de la recommandation dans les États membres du point de vue de la société civile organisée.