Avis du CESE: La santé en faveur de la croissance

Points clés

Le Comité

  • salue l'initiative de la Commission: l'existence de ce 3e programme, en cette période de crise, est un message positif en direction des citoyen(ne)s européen(ne)s;
  • apprécie le recentrage sur un nombre réduit de priorités et l'augmentation du plafond de subvention pour les pays dont le revenu national brut par habitant est inférieur à 90% de la moyenne de l'UE;
  • partage l’opinion qu’il faut rechercher une meilleure utilisation des ressources financières et humaines, mais met en garde contre les tentations de réduire les budgets et les services publics de santé en période de crise;
  • considère, qu’en matière de santé, la plus-value européenne est d’encourager les échanges de bonnes pratiques et la diffusion des principes d’inclusion de la santé dans toutes les politiques, de lutte contre les inégalités de santé , et de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale;
  • insiste sur la prévention pour le maintien d'une population en bonne santé;
  • affirme qu'il y a lieu de rechercher des solutions communes à la pénurie de main d’œuvre générale dans ce secteur;
  • estime préférable de former des chômeurs à ces métiers plutôt que de faire venir des personnels déjà formés dans des pays tiers ou d'autres pays de l'Union;
  • insiste sur la nécessité de donner aux familles et à la communauté (amis, voisins) les moyens de s'occuper des malades et des personnes dépendantes;
  • encourage les échanges d'expériences concernant l'usage des systèmes de santé en ligne;
  • considère que parmi les priorités, au tabac, à l'alcool, à l'obésité et au VIH il convient d'ajouter les nouveaux risques liés, entre autres, au changement climatique, à la sûreté des médicaments et prothèses, aux changements des modes de vie et d'alimentation, à la santé mentale.