De nouvelles possibilités de coopération dans le secteur de l’énergie dans la région euro-méditerranéenne

Le 17 octobre dernier, le Comité économique et social européen (CESE) a tenu une conférence sur la géopolitique des stratégies énergétiques dans la région euro-méditerranéenne. Organisée à Rome de concert avec le Conseil national italien de l’économie et du travail (CNEL), cette conférence a mis en relief le potentiel que recèlent les pays du voisinage méridional de l’Union européenne pour produire de l’hydrogène vert, tout spécialement dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine. Cette région du monde peut devenir un acteur primordial du secteur de l’énergie au bénéfice de toutes les parties intéressées.

L’utilisation de l’énergie comme d’une arme à l’occasion de l’invasion de l’Ukraine par la Russie a considérablement modifié l’architecture du marché européen de l’énergie. Elle a mis en évidence le rôle essentiel de l’énergie pour asseoir la souveraineté de l’Union européenne.

La guerre en Ukraine a placé l’énergie au centre des relations euro-méditerranéennes. Nous devons intensifier notre coopération dans l’ensemble de cette région et faire en sorte de réussir la transition vers un système énergétique durable qui accroîtra également la sécurité énergétique et notre autonomie. Mener à bien de telles réformes n’est possible qu’avec la pleine participation de la société civile organisée. Dans ce domaine, nous avons besoin de solidarité au sein de l’Union ainsi qu’avec les pays tiers, a déclaré Christa Schweng, présidente du CESE.

Dans le même ordre d’idées, Patrizia Toia, députée au Parlement européen, a évoqué la guerre menée par la Russie en Ukraine, qui a démontré la dépendance des États européens à l’égard du pétrole et du gaz russes. Elle a mis en relief l’importance de la coopération au sein de la région euro-méditerranéenne: Les États membres de l’Union européenne doivent renforcer leurs liens avec leur voisinage méridional pour obtenir des vecteurs énergétiques de remplacement durables. Le potentiel élevé de cette région dans le domaine des énergies renouvelables jouera un rôle déterminant pour que l’Union réalise ses objectifs ambitieux de décarbonation tout en évitant de créer de nouvelles dépendances énergétiques.

Étant donné que l’Union a identifié le Sud de la Méditerranée comme l’un des trois principaux corridors pour ses importations d’hydrogène vert, Tiziano Treu, président du CNEL, a fait valoir la nécessité de travailler davantage ensemble: Il importe que les pays de la région euro-méditerranéenne coopèrent pour créer un partenariat équitable en vue d’un développement durable fondé sur les valeurs communes de solidarité et de proximité. Il a aussi ajouté: Pour être efficaces, les stratégies énergétiques doivent avant tout s’ancrer dans une action conjointe et partagée de l’Union européenne avec les gouvernements nationaux européens.

Grammenos Mastrojeni, secrétaire général adjoint en chef de l’Union pour la Méditerranée, chargé de l’énergie et de l’action climatique, a fait valoir: Aucun des pays de la région euro-méditerranéenne, pas même les plus riches, ne dispose de ressources suffisantes pour affronter à lui seul une crise d’une telle ampleur et d’une telle célérité. Mais ensemble, nous le pouvons; et une fois que nous en aurons pris conscience, en sus de nous attaquer efficacement au changement climatique, nous bâtirons cette économie partagée et plus juste qui peut enfin permettre de réaliser une paix durable partout dans notre région du monde.

Au cours des sessions qui ont suivi, les participants ont débattu de la manière dont de nouveaux fournisseurs d’énergie permettraient de réduire la dépendance vis-à-vis d’un fournisseur donné, ainsi que de l’atténuation des conséquences économiques et sociales des prix élevés de l’énergie.

Pour clôturer cette manifestation, Ioannis Vardakastanis, membre du CESE et président de son comité de suivi Euromed, a plaidé en faveur de la promotion des énergies renouvelables, car celles-ci recèlent le potentiel de soutenir une croissance économique, des échanges commerciaux et une coopération durables et inclusifs dans tout le bassin méditerranéen.

Les résultats des débats de cette conférence nourriront le rapport d’information sur les politiques et stratégies énergétiques dans la région euro-méditerranéenne qu’élabore la section «Relations extérieures» (REX) du CESE.

Downloads

New opportunities for cooperation in the energy sector in the Euro-Mediterranean region