Garantie d’accès aux services de base pour la population au moyen d’un programme multipartenaire entre les entités politiques et la société civile

This page is also available in

Séamus BOLAND
Lien rural irlandais

En Irlande, la COVID-19 a entraîné un changement radical du mode de vie et de la vie quotidienne. Les personnes les plus à risque d’un point de vue sanitaire se sont «mises à l’abri» chez elles et il leur est fortement conseillé d’y rester. La nouvelle de la propagation du virus dans des pays européens tels que l’Italie, l’Espagne et la France a tellement choqué les communautés qu’elles ont tenu à respecter toutes les directives de restriction de circulation. Au moment d’écrire ces lignes, le 7 avril, l’Irlande compte un total de 5364 cas identifiés et déplore 174 décès. L’âge médian est actuellement de 79 ans. Les mesures prises par le gouvernement sont semblables à celles de beaucoup d’autres pays du monde: la distanciation physique ou sociale, la fermeture de toutes les entreprises non essentielles et la limitation des transports publics. Bien entendu, ces mesures ont provoqué une hausse considérable du chômage, qui est passé d’un taux minimum inférieur à 4 % à presque 20 %. Bien que l’accent soit mis sur la lutte contre la maladie, les difficultés que connaîtront de nombreuses personnes une fois la crise sanitaire terminée constitueront un véritable test pour l’ensemble des gouvernements de l’Union.

La lutte contre la COVID-19 repose sur deux piliers:

  • la mobilisation complète du secteur de la santé, avec le retour de nombreux professionnels de la santé de l’étranger, revenus pour apporter leur aide;
  • la mobilisation de volontaires locaux pour aider les milliers de personnes à risque qui ne doivent pas quitter leur domicile.

À l’évidence, la première approche vise à garantir que les personnes n’aient pas à se rendre à l’hôpital. Autrement dit, il est demandé aux gens de rester chez eux. Cependant, il a été reconnu très tôt que certaines personnes avaient besoin d’aide. À cet égard, la solution a consisté à établir un partenariat entre le gouvernement, la communauté et les organisations bénévoles afin qu’ils conviennent d’un programme de travail pour apporter ce soutien. Le programme «Community Call» (appel communautaire) est un partenariat entre le gouvernement national, les collectivités locales, les agences de l’État et toutes les parties de la société civile. Il vise à garantir que les personnes ont accès aux services de base, y compris à la livraison de provisions et de médicaments. Les organisations de la société civile spécialisées dans des domaines tels que les affaires urbaines et rurales, le handicap, les personnes âgées et les communautés vulnérables, travaillent en première ligne et se chargent de faciliter considérablement la vie de leurs communautés. L’on retrouve au cœur de ces activités les milliers de personnes qui se sont portées volontaires et qui affichent toutes la même volonté d’aider. Ce programme se révèle être un partenariat solide, qui devrait être maintenu bien après la fin de la crise.