Les représentants de la société civile exhortent l’Union européenne à venir en aide au Monténégro pour surmonter le contrecoup de la pandémie de COVID-19

This page is also available in

Le 1er mars dernier, des membres du Comité économique et social européen (CESE) et des représentants de la société civile organisée du Monténégro ont tenu la 14e réunion du comité consultatif mixte UE-Monténégro (CCM), qui s’est déroulée en ligne. Les membres du CCM ont adopté une déclaration conjointe dans laquelle ils exhortent l’Union européenne à venir en aide au Monténégro pour faire face aux conséquences désastreuses de la pandémie de COVID-19 dans ce pays.

Le Monténégro, qui a été touché de plein fouet par la troisième vague de la pandémie de COVID-19, doit faire face à une situation difficile puisqu’il affiche l’un des nombres de cas actifs en proportion de sa population parmi les plus élevés d’Europe. Cette situation a des conséquences dévastatrices pour l’économie du pays, où l’on s’attend à ce que le produit intérieur brut (PIB) se contracte jusqu’à raison de 14 % en 2020, en grande partie en raison des pertes subies dans le secteur du tourisme. L’endettement public, qui était déjà élevé, se creusera encore davantage, avec un déficit important qui représentera jusqu’à 10 % du PIB. Les entreprises privées paient aussi un lourd tribut puisqu’elles sont 90 % à anticiper un manque à gagner en 2020, par rapport à 2019, qui pourrait représenter jusqu’à plus de 60 % pour un tiers d’entre elles.

À la lumière de cette situation, les membres du CCM ont invité l’Union européenne et ses États membres à aider le pays à faire face aux retombées de la pandémie, en tant que «partenaire privilégié». La question la plus urgente est celle de l’accélération de la campagne de vaccination, de sorte que les travailleurs essentiels et les groupes les plus vulnérables de la population puissent être vaccinés d’urgence.

Compte tenu des priorités ainsi fixées, les membres du CCM se sont réjouis que la Commission européenne ait adopté une enveloppe de 70 millions d’EUR dans le cadre de l’initiative COVAX afin d’aider les pays des Balkans occidentaux à accéder aux vaccins contre la COVID-19 achetés par les États membres de l’Union, et de permettre au Monténégro de procéder à des vaccinations.

Le CCM a accueilli avec satisfaction également la manière dont les autorités monténégrines ont réagi face aux retombées de la COVID-19 sur l’économie, ainsi que les mesures qu’elles ont prises pour venir en aide aux citoyens et à l’économie au premier trimestre 2021, notamment une enveloppe de 163 millions d’EUR destinée aux groupes vulnérables de la population, à l’emploi, au tourisme et au secteur agricole.

M. Andrej Zorko, coprésident pour le CESE du CCM UE-Monténégro, a mis en évidence la valeur ajoutée des travaux menés par le CCM: Notre rôle est très important, car nous sommes les porte-voix de la société civile organisée; même si nous sommes peu visibles, les déclarations que nous adoptons et que nous transmettons à l’Union européenne et aux pouvoirs publics nationaux sont très utiles, et elles sont prises en compte.

M. Pavle Radovanović, le coprésident pour la partie monténégrine, a également rappelé que les membres du CCM travaillent sur le terrain, et ils sont en prise avec la réalité, celle des employeurs, des travailleurs, des entreprises et des ONG. Nous sommes en mesure de tenir un discours réaliste sur ce qu’est la situation en ce moment même au Monténégro.

Le chemin vers l’adhésion à l’Union européenne

Les membres du CCM ont également débattu de l’état actuel d’avancement des négociations d’adhésion du Monténégro à l’Union européenne. Ils se sont félicités du soutien grandissant qu’affichent les citoyens monténégrins à la perspective d’une adhésion de leur pays à l’Union (74,8 % d’entre eux y sont favorables d’après une récente enquête d’opinion, contre 66 % l’an passé). À cet égard, les membres du CCM ont salué, dans leur déclaration, le fait que le nouveau gouvernement ait promis de respecter les engagements pris par le Monténégro en matière de politique étrangère, en tant que membre de l’OTAN et pays candidat à l’Union.

Le CCM a par ailleurs accueilli favorablement l’ouverture des négociations sur le chapitre 8 (politique de concurrence). Il a invité les institutions européennes et les États membres à continuer de soutenir la politique d’élargissement de l’Union, et l’actuelle présidence portugaise du Conseil ainsi que la future présidence slovène à continuer d’insuffler un élan renouvelé au processus d’élargissement et à organiser dans les meilleurs délais une série de dialogues avec le Monténégro.

Dans sa déclaration, le CCM a salué aussi certaines initiatives portant sur la coopération régionale et la création d’un espace économique régional dans les Balkans occidentaux, à l’image du plan d’action relatif au marché commun régional ou encore des voies réservées pendant la pandémie de COVID-19, qui offrent de bons exemples d’une coopération fructueuse.

Les membres du CCM ont toutefois insisté sur la nécessité, pour les autorités monténégrines, de mener une action plus énergique dans certains domaines, comme la lutte contre la corruption et la criminalité organisée. Dans le même ordre d’idées, le CCM a souligné que les mesures d’urgence prises par les gouvernements pour lutter contre la COVID-19 doivent être temporaires, limitées dans le temps et conformes aux principes de la démocratie et de l’état de droit.

Le CCM a également rappelé les inquiétudes qui sont les siennes concernant la liberté d’expression au Monténégro, ainsi que l’environnement dans lequel évoluent les médias. D’après le classement mondial de la liberté de presse en 2020 établi par Reporters sans frontières, la liberté de la presse est en recul au Monténégro, qui est le pays le moins bien noté dans ce classement parmi ceux des Balkans occidentaux. Par conséquent, le CCM invite le gouvernement à prendre des mesures résolues pour instaurer et préserver un paysage médiatique libre et pluraliste.

La déclaration adoptée par le CCM sera transmise au conseil de stabilisation et d’association UE-Monténégro, à la commission parlementaire de stabilisation et d’association UE-Monténégro, au Service européen pour l’action extérieure, à la Commission européenne et au gouvernement du Monténégro.

Contexte

Le comité consultatif mixte (CCM) de la société civile UE-Monténégro figure parmi les instances mises en place dans le cadre de l’accord de stabilisation et d’association conclu entre l’Union européenne et le Monténégro. Il permet aux organisations de la société civile des deux parties de suivre les progrès du Monténégro sur la voie de l’adhésion à l’Union européenne et d’adopter des recommandations à l’intention du gouvernement du Monténégro et des institutions de l’Union.

Le CCM se compose de douze membres, soit six pour chacune des parties, qui représentent le CESE et la société civile monténégrine. Il est coprésidé, pour le mandat en cours (2020-2023), par M. Andrej Zorko, membre du CESE et secrétaire exécutif de la présidence de l’Union des syndicats libres de Slovénie, et par M. Pavle D. Radovanović, vice-président et secrétaire général de la chambre économique du Monténégro.