Revenu minimum européen et indicateurs de pauvreté

10 Dec 2013
Adopté Références: SOC/482 EESC-2013-1960 Avis d'initiative Rapporteur: Dassis (Travailleurs - GR II / Grèce) Co-rapporteur: Boland (Activités diverses - GR III / Irlande) Session plénière: 494 - 10 Dec 2013 - 11 Dec 2013 (Synthèse session plénière) OJ C 170, 05.06.2014, p. 23-31
Revenu minimum européen et indicateurs de pauvreté

Avis du CESE: Revenu minimum européen et indicateurs de pauvreté

Points clés

 

Le CESE:

  • estime que l'instauration d'un revenu minimum européen contribuera à assurer la cohésion économique et territoriale, à protéger les droits fondamentaux de la personne, à garantir un équilibre entre les objectifs d'ordre économique et d'ordre social et à redistribuer équitablement les ressources et les revenus;
  • souligne le besoin urgent de garantir dans l'Union européenne un revenu minimum adéquat, au moyen d'une directive-cadre et invite la Commission à entreprendre une action concertée répondant à la résolution que le Parlement européen a adoptée en 2011;
  • invite la Commission à examiner les possibilités de financement d'un revenu minimum européen, en se concentrant en particulier sur la perspective de création d'un fonds européen approprié;
  • demande que davantage de mesures soient prises: 1) la poursuite des efforts destinés à atteindre des objectifs horizontaux en matière d'emploi, 2) la fixation d'objectifs concernant les taux de réduction des trois indicateurs qui composent l'indicateur composite de la pauvreté, 3) la fixation des sous-objectifs pour les groupes qui présentent un risque de pauvreté supérieur à celui de l'ensemble de la population, 4) un examen de la façon dont les États membres calculent les niveaux de pauvreté et fixent leurs objectifs nationaux et 5) l'obtention, de la part des États membres, d'un renouvellement de leur engagement en vue de réduire la pauvreté;
  • réclame l'évaluation effective de l'impact social des programmes nationaux de réforme (PNR) et des rapports sociaux nationaux (RSN), ainsi que des trains de mesures de redressement financier;
  • invite la Commission à proposer, pays par pays, dans le cadre de son évaluation des programmes nationaux de réforme et des rapports sociaux nationaux, des recommandations spécifiques en matière d'inclusion sociale;
  • insiste pour que la Commission, en coopération avec les États membres, mette en œuvre les mesures prévues dans le pacte pour la croissance et l'emploi en vue de favoriser la croissance, la compétitivité et la création d'emploi;

  • insiste particulièrement sur l'importance de renforcer la participation des travailleurs, des chômeurs et de tous les groupes sociaux vulnérables aux activités d'apprentissage tout au long de la vie ainsi que d'améliorer leur niveau de qualifications professionnelles