Le CESE s'associe aux parties prenantes pour lutter contre le chômage des jeunes

4 Apr 2014
Réf.: 30/2014

Le Comité économique et social européen (CESE) a organisé une audition publique sur la mise en œuvre des politiques de l'UE en matière d'emploi des jeunes dans le cadre du suivi d'une étude d'impact que son Observatoire du marché du travail (OMT) mène actuellement sur le sujet. L'étude porte essentiellement sur les points de vue et les recommandations de la société civile organisée concernant les politiques actuellement en vigueur pour aider les jeunes à trouver un emploi dans six États membres (Autriche, Croatie, Finlande, Grèce, Italie et Slovaquie).

Parmi les participants à l'audition figuraient des acteurs de haut niveau issus des institutions de l'UE (Commission et Parlement européen), de Eurofound, des partenaires sociaux européens ainsi que d'organisations de jeunesse européennes et nationales.

Tous les participants ont convenu que la lutte contre le chômage des jeunes constituait le défi actuel le plus urgent. La mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse dans les États membres individuels a fait l'objet de discussions approfondies, faisant intervenir des facteurs tels que la nécessité de générer de la croissance et des emplois de qualité, de lier les politiques de l'emploi à la politique industrielle et de soutenir les entreprises (notamment les PME) dans la création d'emplois. "Il n'existe toutefois pas de solution globale. Nous devons prévoir des approches sur mesure fondées sur les exigences des marchés du travail nationaux et les besoins des jeunes en question. Des réformes structurelles des systèmes d’enseignement et de formation sont nécessaires pour répondre aux besoins du marché de l'emploi. Elles porteront leurs fruits dès que l'économie reprendra le chemin de la croissance", explique Christa Schweng (Autriche), présidente de l'OMT.

Certains États membres, comme l'Autriche et la Finlande, ont déjà mis en place une garantie pour la jeunesse en partenariat avec les parties prenantes concernées. Toutefois, les États membres où le chômage des jeunes atteint des niveaux plus qu'alarmants sont à la traîne en ce qui concerne la mise en œuvre, l'utilisation des fonds de l'UE et la participation des parties prenantes. Heinz K. Becker, député européen (Autriche, PPE), estime qu'"il est primordial d'exiger l'intégration de la garantie européenne pour la jeunesse dans le semestre européen si l'on veut développer ce que l'on appelle l'apprentissage comparatif à l'échelle européenne et soutenir les réformes en cours dans les États membres".

Le facteur de la mobilité dans l'UE représente un autre sujet politiquement sensible pour de nombreux États membres, dans la mesure où il est considéré, d'une part, comme l'un des aspects les plus positifs de l'Union, et que, d'autre part, il entraîne une fuite des cerveaux à long terme. Comme l'a fait remarquer Dubravka Šuica, députée européenne croate (PPE), "plus de 30 000 jeunes, qui devraient être les vecteurs de la reprise économique, ont déjà quitté le pays. La mobilité est un instrument formidable, mais elle est à double tranchant".

Depuis le début de la crise économique en 2008, le système financier, social et politique européen subit une pression constante. La crise économique a entraîné une augmentation alarmante du chômage des jeunes, qui a dépassé les 23 % dans l'UE-28 en 2013 et a même atteint, dans certains États membres du Sud, un taux extrême supérieur à 50 %. "La fin des études devrait marquer un grand jour dans la vie des jeunes. Pourtant, à l'heure actuelle, ce jour les plonge dans une profonde insécurité quant à leur avenir, car intégrer le marché du travail est un défi pour les jeunes aux quatre coins de l'Europe et trouver un emploi peut prendre du temps", conclut Massimiliano Mascherini, directeur de recherche chez Eurofound.

Multimédia

EU Feeds

Dernières nouvelles des autres Institutions Européennes

 

Plus d'info sur le site Europa.