Parlons du bonheur - au-delà du PIB

13 Jun 2014
Réf.: 43/2014

Le PIB (Produit intérieur brut) ne peut indiquer à lui seul si la population d'un pays bénéficie d'une bonne qualité de vie, car cet indicateur ne tient aucun compte ni des normes en matière d'environnement et de durabilité ni du principe de justice distributive. C'est la conclusion à laquelle est parvenu le débat de cette semaine intitulé "Parlons du bonheur - Au-delà du PIB" et la raison pour laquelle le Comité économique et social européen (CESE) préconise que l'on évolue d'un système de mesure orienté sur la production à une perspective plus large fondée sur le revenu réel des ménages et le bien-être des générations actuelles et futures, comme le recommande également le "rapport Stiglitz".

L'introduction de nouveaux indicateurs est capitale

Comme l'a déclaré M. Luca Jahier, président du groupe III du CESE ("Activités diverses") et organisateur de cet événement, "il importe de mesurer le bien-être de nos citoyens et d'être informé en temps utile de leurs préoccupations. La participation des citoyens à la sélection des priorités politiques améliorera la gouvernance politique", a-t-il ajouté et de souligner que" agir bien pour la société, en d'autres termes, investir dans le développement durable, la cohésion sociale et la qualité de la vie permettra d'apporter la croissance, l'emploi, le développement et la richesse". L'écologisation de l'économie devrait créer 20 millions de nouveaux emplois en Europe d'ici 2020.

Un rôle plus important pour Eurostat

Le CESE plaide en faveur du développement de statistiques indépendantes, de grande fiabilité et comparables au plan international. Dans cette perspective, il y aurait lieu d'accorder à Eurostat un rôle plus important, notamment en ce qui concerne la collecte des données qui mesurent la qualité de vie et le caractère durable des décisions politiques.

Il est grand temps de réajuster les instruments des politiques de l'UE

"La nouvelle Commission doit réaliser des évaluations d'impact de ses politiques, notamment en ce qui concerne leur incidence sur la qualité de vie des citoyens européens" a déclaré M. Jahier dans ses observations finales. Il a suggéré de tenir une conférence des organisations de la société civile, au cours de laquelle elles pourraient présenter leurs priorités dans un discours spécial sur l'état de l'Union, ainsi qu'un large débat public sur l'examen de la stratégie Europe 2020.

Il importe que la stratégie Europe 2020 révisée place l'accent sur la croissance et le développement et qu'elle intègre également des indicateurs qui aillent au-delà du PIB.

Par conséquent, il y a lieu que l'Examen annuel de la croissance (EAC) et l'exercice du Semestre européen soient rééquilibrés en y incluant des indicateurs supplémentaires (au-delà du PIB) ciblant la durabilité, l'innovation, le développement et le capital humain et social.

 

Multimédia

Fil RSS Afficher tout

EU Feeds

Dernières nouvelles des autres Institutions Européennes

 

Plus d'info sur le site Europa.