Groupe des Employeurs

Family photo of the Employers' Group

Qui sommes-nous?

Le groupe des employeurs rassemble des entrepreneur(e)s et des représentant(e)s d'associations d'entrepreneurs de l'industrie, du commerce, des services et de l'agriculture issus des 28 États membres de l'Union européenne. Nos membres sont actifs dans le monde de l'entreprise et connaissent les réalités du quotidien. Ils aspirent réellement à mettre leur propre expérience au service de la poursuite du projet européen.

Que faisons-nous?

Nous promouvons l'intégration européenne en soutenant le développement de nos entreprises, qui peuvent jouer un rôle central dans l'établissement d'une société prospère et la création d'emplois.

En ces temps de crise économique, le Comité économique et social européen est la seule institution européenne où siègent des entrepreneurs et des personnes pleinement engagées dans la vie économique et sociale de leur pays. Nous faisons entendre la voix des entreprises au niveau européen.

Le groupe des employeurs (groupe I) compte 117 membres. Nous travaillons en étroite collaboration avec les cinq grandes organisations d'entreprises européennes: BUSINESSEUROPE, CEEP, EUROCHAMBRES, EuroCommerce et UEAPME. Nombre de nos membres appartiennent en fait également à l'une ou l'autre de ces organisations.

 

Faisons connaissance!

Notre Président

 

Actualités

Fil RSS
  • 12 May 2017
    Les employeurs réclament des actions concrètes pour faciliter l'investissement privé

    L'élimination des obstacles à l'investissement et une meilleure promotion de l'investissement privé sont les actions que les employeurs jugent cruciales pour encourager les investissements du secteur privé en Europe. Dans une déclaration conjointe, toutes les principales organisations d'employeurs maltaises, avec le gouvernement de Malte et le Groupe des employeurs du CESE ont énuméré les questions les plus urgentes pour les décideurs politiques afin de faciliter l'investissement.

  • 28 Apr 2017
    La proposition de socle européen des droits sociaux suscite une première réaction critique de la part des organisations d’employeurs

    La proposition de socle européen des droits sociaux, publiée par la Commission européenne, a suscité une première réaction critique de la part des secrétaires généraux de l’UEAPME, d’Eurochambres et du CEEP. Véronique Willems, Arnaldo Abruzzini et Valeria Ronzitti ont participé à la réunion du groupe des employeurs pour débattre des priorités actuelles de leurs organisations.

  • 21 Apr 2017
    Le groupe des employeurs se prépare pour la présidence estonienne

    L’Estonie étant la société numérique la plus avancée du monde, la numérisation constituera l’une des principales priorités de la présidence estonienne du Conseil de l’Union européenne au cours du second semestre de 2017. Le groupe des employeurs, en étroite coopération avec les organisations d’employeurs, s'est engagé à contribuer activement au programme de travail de la présidence. C’est la raison pour laquelle, M. Jacek Krawczyk, le président du groupe des employeurs, s'est rendu en visite en Estonie les 19 et 20 avril derniers, pour discuter d’éventuelles initiatives communes.

  • 31 Mar 2017
    Les employeurs européens débattent de l’avenir de l’Europe

    Situation de l’économie européenne, achèvement du marché unique, commerce, Brexit: telles sont les principales problématiques aux yeux des organisations patronales européennes pour les prochains mois. Le 29 mars 2017, les directeurs et secrétaires généraux de BusinessEurope, d’EuroCommerce et du Copa-Cogeca ont présenté leurs priorités et participé à un débat avec les membres du groupe des employeurs du CESE.

  • 23 Mar 2017
    Table ronde des employeurs des Balkans – défis actuels et perspectives d’avenir

    Importance du dialogue social, rôle des organisations patronales, situation économique des pays des Balkans, avancement du processus d’adhésion, défis politiques actuels: tels étaient les sujets principaux des discussions menées à l’occasion de la table ronde des employeurs des Balkans organisée à Ljubljana (Slovénie) ce 22 mars 2017. La manifestation a réuni des représentants des organisations patronales des pays d’ex-Yougoslavie (Slovénie, Croatie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Ex-République yougoslave de Macédoine).

  • 20 Mar 2017
    Des employeurs européens fermement opposés à la révision de la directive concernant le détachement de travailleurs

    À l'occasion de la conférence intitulée «La révision de la directive concernant le détachement de travailleurs – une question qui ne se limite ni au détachement ni aux travailleurs... Faits et mythes», des représentants d'organisations d'employeurs allemands, français, suédois et polonais ont fait part de leurs vives préoccupations au sujet de la révision de la directive sur le détachement de travailleurs. «Cette proposition véhicule une forme de protectionnisme caché, elle sape les quatre libertés et, par conséquent, fait entrave au marché unique» a déclaré Jacek P. Krawczyk, le président du groupe des employeurs, dans son allocution d'ouverture. La conférence qui a eu lieu le 16 mars 2017 à Bruxelles était organisée par la confédération patronale polonaise «Lewiatan».

  • 27 Feb 2017
    Expliquer les avantages concrets de l’AECG: une tâche éminente pour les milieux économiques

    Le vote du Parlement européen en faveur de l’accord économique et commercial global (AECG; acronyme anglais: CETA) ouvre un nouveau chapitre dans les relations entre le Canada et l’UE. La route qu’il lui reste à parcourir est néanmoins semée d’embûches, puisqu’il doit encore être ratifié dans tous les États membres de l’UE. Il s’agit d’un accord à caractère progressif, encourageant une croissance inclusive et porteur d’avantages substantiels pour les PME. Les milieux économiques ont un rôle important à jouer pour en assurer la promotion et donner des exemples concrets de ses bienfaits: telles sont, parmi bien d’autres, quelques-unes des vues qui ont été exprimées lors du débat qui s’est déroulé, lors de la réunion du groupe des employeurs du 22 janvier 2017, avec Daniel COSTELLO, ambassadeur canadien auprès de l’UE.

  • 7 Dec 2016
    Faire mieux avec moins. Le groupe des employeurs opposé à une transposition trop zélée

    Une transposition excessive de la législation européenne au niveau national est préjudiciable au marché unique, augmente les coûts et entrave le développement. De nombreux gouvernements des États membres se servent du processus de transposition pour régler des questions de politique intérieure, ce qui conduit à une «surréglementation». Cette évolution négative a des répercussions néfastes pour les entreprises et devrait donc être contrecarrée autant que possible. Ce que les entreprises attendent, c’est une bonne réglementation, ainsi qu’un cadre juridique cohérent et stable, tant au niveau national qu’européen. Telles sont quelques-unes des conclusions de la conférence «Transposition du droit européen, enjeu majeur pour l’activité des entreprises», qui s’est déroulée le 6 décembre 2016 à Zagreb, en Croatie.

  • 28 Oct 2016
    Renforcer la croissance et la compétitivité européennes: un programme commercial volontariste – MAINTENANT!

    Il est indéniable que le commerce joue un rôle de générateur de croissance et d'emploi mais l'image que l’opinion publique se fait de la poursuite de la libéralisation des échanges se dégrade et il s’impose de traiter les préoccupations des citoyens avec bien plus d’efficacité qu’on ne l’a fait jusqu’à présent: telle est l’une des conclusions tirées lors de la conférence sur le thème «Renforcer la croissance et la compétitivité européennes: un programme commercial volontariste – MAINTENANT!», qui s’est tenue le 26 octobre, à Helsinki.

  • 5 Oct 2016 4e révolution industrielle – saisir les occasions qui se présentent et affronter courageusement les défis posés

    Les organisations d'employeurs tout comme les syndicats devront s'adapter aux changements considérables que la 4e révolution industrielle fait subir aux marchés du travail. Les employeurs soulignent qu'il importe d'assouplir ces marchés pour profiter pleinement des possibilités offertes par l'industrie 4.0, alors que les syndicats insistent sur le fait que les mutations ne sauraient amoindrir la protection des travailleurs. La 4e révolution industrielle est actuellement une source d'incertitude et d'inquiétude pour les travailleurs et les employeurs. Aussi est-il préférable de s'employer le plus possible à en cerner les possibilités et risques potentiels. Un dialogue social responsable, franc et ouvert au niveau national a un rôle essentiel à jouer dans ce processus. Telles sont certaines des conclusions qui sont ressorties du débat sur le thème «La quatrième révolution industrielle changera-elle radicalement les rôles et l'importance des organisations tant patronales que syndicales?».