Europe 2020 - Comité de pilotage

La Stratégie Europe 2020 est l'actuel programme de réforme de l'UE en faveur de la croissance et des emplois. Mue par une vision à long terme, cette stratégie politique globale a été proposée par la Commission européenne, puis acceptée par le Conseil européen en juin 2010.

Elle vise à aider l'Europe à se relever de la crise et à se transformer en une économie intelligente, durable et inclusive, dotée de taux élevés d'emploi, de productivité et de cohésion sociale, ainsi qu'à renforcer la position de l'UE en tant qu'acteur de la gouvernance mondiale.

La stratégie Europe 2020 s'appuie sur les leçons tirées de la stratégie de Lisbonne, en reconnaissant ses forces (par exemple les objectifs positifs de croissance et de création d'emploi), mais en remédiant à ses faiblesses (par exemple, le manque de mise en œuvre). La stratégie actuelle plaide en faveur d'un nouveau type de croissance (intelligente, durable et inclusive), en vue d'une approche spécifique à chaque pays, et elle se fonde sur une gouvernance plus forte: amélioration du contrôle et de la mise en œuvre, leadership plus important du Conseil européen, etc.).

La stratégie Europe 2020 mobilise tous les instruments et la législation développés dans le cadre des politiques européennes existantes (marché unique, politique extérieure, etc.), ainsi que les instruments financiers et ceux de coordination (cadre financier pluriannuel).

Pirorités, objectifs et initiatives phare

La stratégie repose sur trois domaines prioritaires interconnectés et se renforçant mutuellement:

  • une croissance intelligente: développer une économie fondée sur la connaissance et l'innovation;
  • une croissance durable: promouvoir une économie sobre en carbone, économe dans la consommation des ressources et compétitive;
  • une croissance inclusive: encourager une économie à fort taux d’emploi favorisant la cohésion sociale et territoriale.

 

Les progrès en matière de croissance seront évalués en fonction de cinq objectifs principaux mesurables à l'échelon de l'UE, que les États membres doivent transposer en objectifs nationaux.

 

Ces objectifs portent sur les domaines suivants:

  • Emploi: l'objectif est de porter à 75 % le taux d'emploi des femmes et des hommes de 20 à 64 ans, notamment à travers l'augmentation de la participation des jeunes;
  • Éducation: améliorer les niveaux d'éducation, en particulier en s'attachant à faire passer le taux de décrochage scolaire à moins de 10 % et en portant à 40 % au moins la proportion de personnes âgées de 30 à 34 ans ayant obtenu un diplôme de l'enseignement supérieur ou ayant atteint un niveau d'études équivalent;
  • Développement durable: réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990; augmenter la part des sources d'énergie renouvelable dans notre consommation finale d'énergie pour la faire passer à 20 %, et s'acheminer vers une augmentation de 20 % de notre efficacité énergétique;
  • Recherche et développement: l'objectif est d'augmenter le niveau des investissements publics et privés combinés dans ce secteur à 3 % du PIB de l'UE;
  • Insertion sociale: faire sortir au moins 20 millions de personnes du risque de pauvreté et d’exclusion.

 

Pour réaliser ces objectifs, la Commission propose une série de sept initiatives phare: "une stratégie numérique pour l’Europe", "une Union de l’innovation", "Jeunesse en mouvement", "une Europe efficace dans l’utilisation des ressources", "une politique industrielle à l’ère de la mondialisation", "une stratégie pour de nouvelles compétences et de nouveaux emplois" et "une plateforme européenne contre la pauvreté".

 

 

A la une