Pauvreté

This page is also available in:

  • Reference number
    23/2018

    Le Comité économique et social européen (CESE) a tiré parti d’un avis d’initiative pour appeler à la mobilisation de moyens financiers suffisants pour mettre en œuvre le socle européen des droits sociaux. Adopté lors de sa session plénière du 19 avril 2018, cet avis préconise des améliorations dans les États membres et un engagement résolu sur le plan du budget, des investissements et des dépenses courantes, afin que le socle des droits sociaux devienne une réalité.

  • Lessons learned

    Le CESE présente des mesures visant à éviter la rigueur des politiques d’austérité à l’avenir et à atténuer les effets néfastes qu’a produits la gestion des crises précédentes.

    Il convient de trouver un meilleur équilibre entre les objectifs budgétaires et sociaux dans la gestion des crises futures, afin d’éviter qu’elle ne produise des effets néfastes sur les capacités économiques, les marchés du travail et les systèmes de protection sociale des pays concernés. Au lieu de défendre une austérité sévère, les institutions de l’UE devraient, lorsque de prochaines crises surviendront, mettre en œuvre des politiques ayant pour objectifs la coopération économique, la croissance et la solidarité.

  • Les responsables politiques et la société civile doivent agir, clame le CESE. Les Nations unies et le Comité économique et social européen (CESE) ont présenté Sold, un film sur la traite des êtres humains réalisé par Jeffrey D. Brown, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar), le 10 janvier 2017. Avant la projection du film, qu’elle présentait de concert avec Deborah Seward (directrice du Centre régional d’information des Nations unies (UNRIC)), Madi Sharma, membre du CESE, a déclaré:

     

  • Visite de Gabriele Bischoff à l’association «Armut und Gesundheit in Deutschland e.V.» à Mayence

    «Au sein de notre société civile, les citoyens engagés sont légion. Ils méritent notre estime et ont également besoin de l’appui politique nécessaire», a déclaré Gabriele Bischoff, présidente du groupe des travailleurs du Comité économique et social européen (CESE), à l’occasion de sa visite du 22 juillet à l’association «Armut und Gesundheit in Deutschland» («Pauvreté et santé en Allemagne»), dont la vocation est de fournir des soins médicaux aux personnes démunies et socialement défavorisées. Le CESE considère la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale comme l’une de ses priorités dans le cadre de la présidence actuelle, et ce en vue de favoriser la cohésion sociale, économique et territoriale en Europe. Il a déjà élaboré plusieurs avis sur la question, qui portent notamment sur une proposition de revenu minimum européen et sur une politique fiscale plus équitable.

  • Reference number
    21/2016

    Quelles sont les incidences des nouvelles formes d'emploi sur les travailleurs? La flexibilité absolue des travailleurs et du marché de l'emploi est-elle souhaitable? L’économie du partage mettra-t-elle fin aux systèmes de protection sociale en Europe?

    L'audition publique qui s'est tenue aujourd'hui au CESE sur le thème «Évolution de la nature des relations de travail, économie du partage, contrats zéro heure et salaire décent» a été l'occasion de débattre de l'essor des formes d'emploi non traditionnelles sous l'angle de la protection des travailleurs.

  • ©blackboard1965 / Shutterstock.com
    Reference number
    12/2016

    Dans l’Union européenne, plus de 122 millions de personnes risquent la pauvreté ou l’exclusion sociale[1]

    Le Comité économique et social européen (CESE) a adopté un avis dans lequel il exhorte le Conseil de l'UE à tenir son engagement de sortir au moins 20 millions de personnes de la pauvreté d'ici 2020. Au cours de la session plénière du 18 février 2016, le CESE a adopté son avis sur la lutte contre la pauvreté (Rapporteur: M. Seamus Boland, corapporteure: Mme Marjolijn Bulk). Pour atteindre l'objectif de l'UE, les États membres doivent lancer, avec le soutien d'un cadre européen commun, leurs propres stratégies nationales de lutte contre la pauvreté, l'exclusion sociale et les discriminations. Il convient d'axer ces stratégies sur un soutien financier adéquat, des marchés du travail inclusifs et des emplois de qualité, l'égalité d'accès à des services de haute qualité à un prix abordable pour tous, y compris les migrants et les personnes qui se sont vues accorder un droit d'asile.

  • Copyright Andreas Reeg
    Reference number
    71/2015

    Plus de 120 millions de personnes dans l’Union européenne sont exposées à un risque de pauvreté ou d’exclusion sociale[1]

    Les organisations de terrain qui œuvrent à la réduction de la pauvreté en Allemagne, en Irlande, en France, en Pologne et en Finlande montrent la voie à suivre en venant directement en aide à ceux qui en ont besoin. Le Comité économique et social européen a décerné le Prix 2015 de la société civile européenne à des organisations qui se distinguent par leur créativité et le succès qu'elles remportent dans la lutte contre la pauvreté.