Coopération administrative

This page is also available in:

  • Le 7 février, à l'occasion du 25e anniversaire du traité de Maastricht, le Comité économique et social européen se tourne vers les dirigeants politiques, les organisations de la société civile européenne que nous représentons et tous les citoyens européens, avec un appel: l'appel à la solidarité sociale et économique, qui est indispensable à travers l'Europe. Il y a 25 ans, l'Europe était en ébullition: les conséquences de la guerre froide, la chute du mur de Berlin et la réunification de l'Allemagne, le cheminement des pays d'Europe de l'Est vers la démocratie, tout cela avait façonné le Zeitgeist. Pourtant, en 1992, les douze nations des Communautés européennes ont signé ce traité européen, créant ainsi l'Union européenne telle que nous la connaissons, et aussi sa plus grande réussite: la monnaie unique. Aujourd'hui, le paysage ...

  • Reference number
    4/2017

    Il n’existe pas d’autre solution viable que celle d’une zone euro plus politique, davantage axée sur les grandes priorités qui importent à ses citoyens que sur des objectifs chiffrés et des questions techniques spécifiques. Encore une fois, le CESE invite les dirigeants politiques à accélérer le processus d’approfondissement de l’Union économique et monétaire (UEM) afin de garantir une plus grande convergence entre les États membres et de rendre l’UE dans son ensemble plus prospère, plus compétitive et plus résistante aux chocs extérieurs, dans le cadre d’un concept de souveraineté partagée. Tels sont quelques-uns des principaux messages du débat de haut niveau organisé par le Comité économique et social européen (CESE), le 2 février, sur le thème «Quel avenir pour l’euro? ...

  • Une transposition excessive de la législation européenne au niveau national est préjudiciable au marché unique, augmente les coûts et entrave le développement. De nombreux gouvernements des États membres se servent du processus de transposition pour régler des questions de politique intérieure, ce qui conduit à une «surréglementation». Cette évolution négative a des répercussions néfastes pour les entreprises et devrait donc être contrecarrée autant que possible. Ce que les entreprises attendent, c’est une bonne réglementation, ainsi qu’un cadre juridique cohérent et stable, tant au niveau national qu’européen. Telles sont quelques-unes des conclusions de la conférence «Transposition du droit européen, enjeu majeur pour l’activité des entreprises», qui s’est déroulée le 6 décembre 2016 à Zagreb, en Croatie.

  • Reference number
    19/2016

    Lors de sa session plénière du 17 mars 2016, le Comité économique et social européen a adressé un message clair à la Commission européenne, l’invitant à élaborer sans délai des pistes de solution pour aller plus loin dans l'achèvement de l’Union économique et monétaire européenne. Dans une série d’avis, le Comité a mis en avant les points de vue des partenaires sociaux et de la société civile sur le train de propositions visant à approfondir l’UEM, que la Commission a publié à la fin de l’année dernière.

  • Débat public sur les réformes visant à rendre l'économie de l'UE plus résiliente pour tous dans le contexte des prochaines élections au Parlement européen de 2024.

  • La conférence "Paquet législatif dans le domaine de la lutte contre le blanchiment de capitaux", fera le point sur l'état des lieux et débattra en particulier des propositions législatives proposées par la Commission européenne en juillet 2021 pour renforcer les règles de l'UE en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT). Ces propositions incluent, entre autres éléments, la création d'une nouvelle autorité de l'UE pour lutter contre le blanchiment d'argent, une application complète des règles de LBC/FT de l'UE au secteur des crypto-actifs et une limite européenne de 10 000 € sur des paiements en espèces.

    La conférence est organisée le 5 octobre 2021, à partir de 14h30.

    La conférence sera retransmise en ligne. Il n’est pas nécessaire de s’inscrire et la participation est gratuite.

     

     

  • Pour assurer une reprise économique et sociale durable après la crise de la COVID-19 et lutter efficacement contre le changement climatique il faudra augmenter massivement les investissements. Pour y parvenir, il est indispensable de repenser les règles budgétaires de l’Union. À cet égard, la section «Union économique et monétaire, cohésion économique et sociale» (ECO) du Comité économique et social européen (CESE) travaille actuellement à l’élaboration d’un avis d’initiative sur le thème «Repenser le cadre budgétaire de l’Union européenne pour une reprise durable et une transition juste».

  • Bâtir une Europe résiliente - La société civile et les plans nationaux pour la reprise et la résilience

    Conférence du Groupe Semestre Européen 2021

  • CONFÉRENCE PUBLIQUE

    Les activités des organisations du crime organisé telles que le blanchiment d'argent et l'exploitation des fonds publics ont des conséquences sur l'économie, les entreprises et la société. Une crise comme la pandémie de Covid-19 peut être l'occasion pour le crime organisé d'étendre son activité, de gagner du pouvoir et même d'innover pour trouver de nouvelles façons de poursuivre ses objectifs.

  • DÉBAT THÉMATIQUE

    Après l’apparition de la pandémie de COVID-19, le Comité économique et social européen (CESE) a joué un rôle central pour porter à la connaissance des décideurs politiques les points de vue consensuels de la société civile organisée de l’UE et pour contribuer aux mesures en évolution rapide prises au niveau européen sur le plan de la politique économique, en réponse à la crise.

    À cet égard, nous estimons que l’heure est venue pour les institutions de l’Union européenne de prendre des mesures décisives afin d’approuver rapidement ce nouveau dispositif et de mettre en place les mécanismes de mise en œuvre nécessaires aux niveaux européen et national, de sorte que les États membres, citoyens et entreprises les plus durement touchés puissent bénéficier des financements européens correspondants au moment où ils en ont le plus besoin.

    Dans ce contexte, et à l’occasion de la première réunion de la section «Union économique et monétaire et cohésion économique et sociale» (ECO) du CESE dans le cadre de notre nouveau mandat (2020-2025), nous organisons un débat thématique sur cette question entre les responsables politiques européens et les représentants de la société civile.

    Ce débat aura lieu le jeudi 19 novembre 2020, de 14 h 30 à 16 h 40, sous la forme d’une manifestation en ligne retransmise en direct sur le site internet du CESE.