Compétitivité

This page is also available in:

  • Reference number
    37/2018

    Selon une récente étude commandée par le Comité économique et social européen, l’économie européenne perd plus de 2 % de productivité par an en raison de l’inadéquation des compétences. Il en résulte une perte de 80 centimes d’euro par heure de travail. En l’absence de réformes, la situation va encore s’aggraver dans le futur, du fait des tendances démographiques et des évolutions technologiques en cours.

  • Reference number
    23/2018

    Le Comité économique et social européen (CESE) a tiré parti d’un avis d’initiative pour appeler à la mobilisation de moyens financiers suffisants pour mettre en œuvre le socle européen des droits sociaux. Adopté lors de sa session plénière du 19 avril 2018, cet avis préconise des améliorations dans les États membres et un engagement résolu sur le plan du budget, des investissements et des dépenses courantes, afin que le socle des droits sociaux devienne une réalité.

  • Afin de combler le déficit de compétences, il faut d’abord déterminer de manière précise quelles sont les qualifications qui seront nécessaires à l’avenir. Cet exercice reste difficile en raison de la rapidité des changements auxquels nous assistons aujourd’hui. L’adaptation des systèmes éducatifs, le développement des systèmes d’apprentissage tout au long de la vie et la mise en place d’une étroite coopération entre les employeurs, les responsables politiques et les universités figurent parmi les moyens d’aider les personnes à adapter leurs compétences aux exigences des futurs marchés de l’emploi. Telles sont quelques-unes des conclusions de la conférence sur le thème Combler le déficit de compétences pour la croissance et la création d’emplois: le point de vue des entreprises, qui s’est déroulée le 22 mars 2018 à Sofia, en Bulgarie.

  • Brexit, the next EU budget and the future of the single market are the core interests of the European employers' organisations. On 14 March 2018, representatives of BusinessEurope, EuroChambres and CEEP presented the priorities of their organisations for 2018 and discussed the issues with the members of the employers' group.

  • Le 23 janvier, le Conseil national de l’économie et du travail (CNEL) italien a tenu, sous les auspices du Comité économique et social européen, une conférence intitulée «L’EFSI: un outil au service de la croissance». Cette conférence avait deux objectifs: promouvoir l’utilisation de l’EFSI et examiner de quelle manière cet instrument financier pourrait être utile au cours de la période 2021-2027 dans le cadre des priorités de la Commission européenne: recherche, Erasmus, politique de cohésion, agriculture, réseaux transeuropéen de transport (RTE-T), défense et immigration.

  • The Employers' Group did not support the EESC opinion on driving and rest time periods, working time and posting of workers (TEN/637). For the Group, the opinion did not sufficiently reflect differences of views in the Committee concerning the Commission's proposal on the posting of workers.

  • The success of the new Industrial Strategy will depend on the way it is implemented. Business organisations are calling for a broad, horizontal approach to industrial policy – these are some of the conclusions of the seminar on Industrial Policy that took place on 18 December in Brussels. The participants of the discussion presented their views on a recent proposal by the European Commission on industrial policy.

  • The EU is ready for a digital revolution and for reaping its benefits – this was one of the conclusions of the conference on the Advantages of a Digital Society, which took place on 25 October 2017 in Tallinn, Estonia. The participants discussed various aspects of e-society and the Digital Single Market. Cyber security, societal trust, the free flow of data, the further development of infrastructure and getting rid of barriers hindering the Digital Single Market were just a few of the issues raised.

  • L’augmentation des inégalités est un problème qui ne peut plus être ignoré. Ce phénomène est la cause d’une fracture entre différents groupes sociaux et a contribué à la montée en puissance des mouvements et partis extrémistes. Il s’agit là d’un facteur de déstabilisation, aussi bien pour l’économie que pour la société, et il nous appartient de régler de toute urgence ce problème – tels sont les messages essentiels que le rapporteur a voulu...