You are here

Groupe d’étude temporaire sur l’intégration des Roms

Le peuple rom, dont la population représente quelque six millions de personnes, constitue la plus grande minorité ethnique de l’Union européenne. Nombre de Roms sont encore victimes des préjugés, de l’intolérance, des discriminations et de l’exclusion sociale dans leur vie quotidienne, bien qu’ils fassent partie intégrante de la civilisation européenne depuis plus de mille ans. Le cadre de l’Union européenne pour les stratégies nationales d’intégration des Roms et la recommandation du Conseil relative à des mesures efficaces d’intégration des Roms dans les États membres favorisent leur intégration active et soutiennent les États membres dans les actions qu’ils entreprennent à cette fin. La plupart des États membres ont désormais adopté une stratégie nationale d’intégration des Roms.

Les données portant sur la situation des Roms en matière d’emploi, d’éducation, de logement et de santé que fournit l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne montrent que les progrès sont lents dans la mise en œuvre des stratégies nationales d’intégration des Roms. Les discriminations et l’antitsiganisme persistent, et nombre de Roms continuent de souffrir d’une ségrégation de fait sur le plan du logement et de l’éducation.

Le CESE a mis en place un groupe d’étude temporaire sur l’intégration des Roms, qui est composé de membres issus de ses différentes sections recouvrant divers domaines d’action et représentant les employeurs, les travailleurs et les activités diverses. Les objectifs de ce groupe sont les suivants:

  • rassembler les points de vue de la société civile concernant la mise en œuvre des stratégies nationales d’intégration des Roms et promouvoir une participation active de ces derniers;
  • permettre à la société civile, notamment aux organisations de défense des Roms, de se faire entendre ainsi que de répertorier et d’échanger des bonnes pratiques;
  • élaborer des rapports et formuler des recommandations sur l’intégration des Roms.