Une stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois

This page is also available in

Avis du CESE: Une stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois

Points clés

Le Comité:

  • se montre préoccupé des conséquences de la crise économique mondiale sur le fonctionnement du marché du travail et c'est pourquoi, de manière générale, il accueille favorablement la "stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois", par laquelle la Commission s'efforce de contribuer à accroître l'emploi et à améliorer le fonctionnement des marchés du travail. Il appelle les gouvernements des États membres à utiliser efficacement le dialogue social et le dialogue avec la société civile organisée afin de trouver des solutions et des mesures visant à améliorer la situation en ce domaine;
  • déplore cependant que l'initiative à l'examen ne souligne pas le caractère urgent de la création d'emplois de qualité et qu'elle n'incite pas suffisamment les États membres à arrêter des objectifs nationaux plus ambitieux qui s'appuient sur des réformes structurelles et des politiques d'investissement qui génèrent une véritable croissance et de nouvelles possibilités d'emploi;
  • apprécie que cette stratégie repose sur le concept de flexicurité et souligne qu'il convient de trouver le juste équilibre entre les volets interne et externe de la flexicurité, dans l'intérêt d'un fonctionnement plus efficace des marchés du travail et dans le même temps d'une meilleure protection des travailleurs. Le Comité recommande de procéder à une analyse de la situation de départ, de poursuivre le suivi de la mise en œuvre et l'évaluation des politiques de flexicurité, tout en mettant l'accent sur le rôle des partenaires sociaux dans le cadre de ce processus dont l'objectif doit rester de faciliter la réintégration et la transition sur le marché du travail;
  • se félicite du lien établi dans le cadre d'un seul document de stratégie entre la politique de l'éducation et celle de l'emploi. Il déplore néanmoins que le lien entre l'amélioration et la mise à jour des compétences et la hausse de la productivité du travail soit passé sous silence;
  • apprécie que la Commission s'efforce de proposer de nouveaux instruments et de nouvelles initiatives; il recommande néanmoins de renforcer leur connexion et leur synergie avec les instruments existants. Le CESE est d'avis qu'il y a lieu que l'approche adoptée par la Commission en ce qui concerne le rôle des instruments non contraignants respecte la compatibilité mutuelle des actions politiques et des initiatives adoptées au niveau de l'Union et il estime dans le même temps qu'un réexamen cohérent de la législation de l'UE dans le domaine social devrait plutôt soutenir que saper les efforts de mise en œuvre des réformes bénéfiques du marché du travail par les États membres, et promouvoir l'investissement social;
  • recommande à la Commission de prendre connaissance des conclusions mitigées de la cinquième enquête d'EUROFOUND sur les conditions de travail en Europe lorsqu'elle envisage de rouvrir les débats sur la qualité de l'emploi et des conditions de travail;
  • souligne la nécessité d'utiliser plus efficacement les fonds européens et à l'instar de la Commission, il invite les États membres à concentrer les interventions du Fonds social européen (FSE) et des autres fonds sur les quatre priorités fondamentales qu'énonce la communication de la Commission à l'examen et à contribuer de cette manière aux objectifs de la stratégie à l'examen et aux objectifs nationaux de la stratégie Europe 2020.

Espresso avec Anna Maria

 

Anna Maria Darmanin, Vice-présidente du CESE, s'entretient avec Vladimira Drbalovà, rapporteur,  sur Une stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois