Santé et soins des personnes âgées

Points clés:

Le CESE, face à l'impossibilité juridique d'une politique communautaire en matière de soins de santé et de soins de longue durée, soutient l'importance primordiale de la "méthode ouverte de coordination" en tant qu'outil pour poursuivre efficacement les objectifs de modernisation et de développement de soins de santé et de soins de longue durée de qualité, accessibles et durables et pour garantir la protection de la santé publique même dans des situations différenciées et faisant l'objet de pressions et de défis croissants.

La mise en oeuvre de la "méthode ouverte de coordination" passe par l'identification d'une série d'indicateurs permettant de couvrir les actuelles lacunes en matière de connaissance et en même temps de prendre en compte les situations existantes ainsi que les dynamiques sociales au sens large ayant une incidence sur le système de soins, en particulier ceux de longue durée. Cette série d'indicateurs doit intégrer les aspects structurels (filière de soins, dotation en équipements et en personnel, formation et expérience de celui-ci, etc.), les aspects inhérents à la qualité du processus de soins (modalités de prestation des services et de réalisation des interventions, orientations opérationnelles, règles et pratiques médicales, protection des droits des patients, etc.) ainsi que les aspects relatifs à la qualité des résultats spécifiques atteints par les soins, en fonction de leur typologie et des attentes sociales qui y sont corrélées.

Les "prochaines étapes" proposées par la communication concernent des aspects très importants du problème et ouvrent un champ d'observation à des domaines particulièrement intéressants.

D'autre part, les propositions ont un caractère général et risquent par conséquent d'être vagues et de ne pas aboutir à des progrès significatifs dans la méthode ouverte de coordination.

Le CESE souhaite que soient identifiés des "objectifs communs" plus concrets, à condition qu'ils ne soient pas trop contraignants, qu'ils n'interfèrent pas de manière préjudiciable dans l'organisation des systèmes nationaux et que les rapports préliminaires prévus deviennent un outil utile ne comportant pas une augmentation des coûts administratifs ou une charge excessive pour les capacités limitées des nouveaux États membres.

D'autre part, il est particulièrement important et urgent, de promouvoir des actions visant à améliorer la qualification du personnel et des professionnels en veillant à développer, moyennant des actions de formation appropriées, les capacités professionnelles communes aux professions de santé et aux professions sociales qui sont impliquées dans l'offre de soins. Cela implique une préparation sur des aspects qui ne soient pas purement techniques ainsi que l'acquisition de nouvelles aptitudes, par exemple la gestion de l'information, en particulier sur des réseaux
informatiques, et la gestion des dépenses dans une optique large. Ces nouveaux modèles de formation devraient être soutenus et stimulés par l'action communautaire afin que soient mises à profit les expériences échangées dans le cadre de la "méthode ouverte de coordination".