Participation du secteur privé au cadre de développement pour l'après-2015

  • Au niveau des Nations unies, différents processus ont été lancés, et devraient être réunis dès que possible afin de définir un programme pour l'après-2015. Il y a d'une part les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) après 2015. Parallèlement, un processus d'élaboration d'objectifs de développement durable (ODD) est en cours, conformément à la décision prise lors de la conférence des Nations unies sur le développement durable tenue à Rio en juin 2012.
  • Considérant que le futur cadre de développement prendre davantage en compte les moteurs de la croissance durable et inclusive que sont la création d'emplois, la transition vers une économie verte capable de relever les défis climatiques et la participation de nouveaux acteurs, notamment le secteur privé, la Commission estime nécessaire que le CESE rédige un avis plus détaillé sur la participation du secteur privé au cadre de développement pour l'après-2015.
  • Eu égard à l'expertise spécifique du CESE, son avis est particulièrement recherché s'agissant le rôle du secteur privé – dans toute sa diversité, des PME aux multinationales – dans la promotion d'une croissance économique intelligente et durable et la création d'emplois, et en ce qui concerne les investissements dans la formation, l'éducation, la recherche et l'innovation ainsi que les technologies clés génériques telles que les technologies de l'information et de la communication (TIC). Les initiatives en matière de responsabilité sociale des entreprises, les partenariats public-privé, les projets d'innovation groupés et les modèles commerciaux inclusifs pourraient également faire partie des questions à examiner. D'éventuels mécanismes ou processus permettant la participation du "secteur privé" à un partenariat mondial pour le développement après 2015 pourraient également présenter un intérêt.