La contribution de la société civile au développement d’une politique alimentaire globale dans l’UE

This page is also available in

Avis du CESE: La contribution de la société civile au développement d’une politique alimentaire globale dans l’UE


Les liens vers les différentes versions linguistiques seront opérationnels dès que l'avis a été traduit.


Points clés

  • Le cadre stratégique actuel de l’UE n’est pas adapté pour réaliser la transition vers des systèmes alimentaires plus durables qui permettrait d’assurer la mise en œuvre effective des objectifs de développement durable des Nations unies (ODD) et de garantir le droit à l’alimentation ainsi que d’autres droits humains.  Dans cet avis, le CESE réitère son appel en faveur de l’élaboration d’une politique alimentaire globale au sein de l’UE afin d’assurer une alimentation saine à partir de systèmes alimentaires durables; cette politique établirait un lien entre l’agriculture d’une part et la nutrition et les services écosystémiques d’autre part, et veillerait à ce que les chaînes d’approvisionnement préservent la santé publique dans tous les segments de la société européenne. Une politique alimentaire globale de l’UE devrait améliorer la cohérence entre les domaines d’action liés à l’alimentation, rétablir la valeur de cette dernière et promouvoir une transition à long terme d’un productivisme et d’un consumérisme alimentaires vers une alimentation citoyenne. Le CESE réaffirme également qu’une politique alimentaire globale devrait compléter et non remplacer une PAC redéfinie.
  • Le CESE souligne la nécessité de maintenir une culture qui valorise l’importance nutritionnelle et culturelle de l’alimentation ainsi que de son incidence sur la société et l’environnement. À cet égard, la riche palette de denrées alimentaires et de spécialités régionales et locales disponibles au sein de l’Union constitue un réel atout qu’il convient, en tant que tel, de valoriser davantage. Un nombre croissant d’initiatives sont actuellement mises en œuvre à l’échelon local et régional afin de soutenir des systèmes alimentaires alternatifs. Une politique alimentaire globale devrait s’appuyer sur une gouvernance commune à tous les niveaux – local, régional, national et européen –, qu’elle devrait par ailleurs stimuler et développer.  Toutes les parties prenantes de la chaîne d’approvisionnement alimentaire ont un rôle à jouer dans l’élaboration d’un cadre global, de manière à assurer une répartition équitable tout au long de la chaîne.
  • Pour soutenir la mise en place d’un cadre global assurant la connexion entre les différentes politiques de l’UE liées à l’alimentation, le CESE propose de créer, à court ou moyen terme, une task-force intersectorielle et interinstitutionnelle associant diverses directions générales de la Commission européenne et d’autres institutions de l’UE. Cette task-force serait chargée d’élaborer un plan d’action sur l’alimentation durable afin d’aider l’UE à mettre en œuvre les objectifs de développement durable (ODD) liés à l’alimentation.
  • À plus long terme, et en fonction des conclusions de la task-force, le CESE encourage la Commission à étudier la faisabilité de la création d’une direction générale spécifiquement consacrée à l’alimentation, qui constituerait un centre de responsabilité clair de l’UE pour toutes les politiques dans ce domaine et une source adéquate de régulation, de législation et de mise en œuvre.