Droits économiques, sociaux et culturels dans la région euro-méditerranéenne

This page is also available in

Avis du CESE: Droits économiques, sociaux et culturels dans la région euro-méditerranéenne

Points clés:

  • L’importance, pour la société civile, d’avoir un rôle consultatif institutionnalisé; l’importance, lorsque des institutions telles que les CES existent, de les soutenir et, lorsqu’elles n’existent pas, d’œuvrer à la création d’un espace permettant à la société civile de faire entendre sa voix dans le processus politique; les femmes sont victimes de stéréotypes de genre qui reproduisent les barrières politiques, économiques et éducatives, produisant ainsi des conséquences graves pour l’évolution de la société; le CESE appelle à réduire les décalages considérables qui existent entre les dispositions législatives et la réalité. De plus, afin de renforcer les droits, le CESE préconise d’associer les collectivités locales aux activités déployées par les organisations, les acteurs économiques et sociaux, la société civile et les réseaux qui œuvrent à l’égalité entre les femmes et les hommes;
  • Le CESE invite la Commission européenne et les États membres de l’Union pour la Méditerranée à promouvoir le dialogue interculturel et interreligieux, le patrimoine culturel, l’expression artistique et les industries créatives, la culture étant un moteur dans la lutte contre les multiples causes de la menace que constitue l’extrémisme violent.
  • Le CESE souligne que les droits économiques, les droits du travail et les droits sociaux sont des facteurs essentiels au développement économique et à la démocratie. Ces droits comprennent la liberté d’entreprise, la liberté d’association et d’action syndicale, les négociations collectives et la protection sociale, dans des domaines tels que la santé, l’éducation et la vieillesse.
  • Du point de vue de l’éducation envisagée comme l’un des principaux véhicules de développement social et économique, et compte tenu du fait que les inégalités en matière d’accès à l’éducation mettent en péril la stabilité et la sécurité de la région, le CESE appelle à un effort conjoint afin d’améliorer la qualité de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, ainsi que celle de la formation professionnelle, par le biais de l’échange d’expériences sur le développement des programmes d’études et de méthodologies innovantes.
  • Le CESE estime qu’il est essentiel de combler le fossé cognitif qui sépare les deux rives de la Méditerranée et propose à cette fin, d’une part, de promouvoir les réseaux de connaissance et les enquêtes communes qui favorisent la transmission et la diffusion du savoir, et d’autre part, d’encourager la mobilité des enseignants, des étudiants, des universitaires et des chercheurs, ainsi que la traduction de leurs travaux, notamment de l’arabe et vers cette langue;
  • L’éducation non formelle est un complément nécessaire, compte tenu de son apport à l’essor de sociétés plus inclusives et plurielles. Le CESE est d’avis que les synergies entre l’enseignement formel et non formel doivent être renforcées.
  • Il y a lieu de renforcer l’intégration numérique et technologique des citoyens. À cette fin, le CESE souligne qu’il est nécessaire de promouvoir des projets d’envergure régionale et locale qui rendront les citoyens autonomes en ce qui concerne l’utilisation des nouvelles technologies, l’entrepreneuriat et la numérisation, ainsi que de renforcer les initiatives visant la participation citoyenne, la promotion de la culture numérique et la création d’emplois décents.