Avis du CESE: Droits fondamentaux et justice

Points clés:

Le CESE estime que le manque d’équilibre entre les trois dimensions de la liberté, de la sécurité et de la justice se reflète dans les perspectives financières puisque la sécurité représente la majeure partie du budget.

Le CESE n'est pas convaincu que la proposition de la Commission respecte suffisamment le principe de subsidiarité énoncé à l'article 5 du traité instituant la Communauté européenne, car il semblerait que l'on ne reconnaisse pas suffisamment les domaines où les meilleures interventions se situent aux niveaux national, régional et/ou local, en coopération avec les partenaires sociaux concernés.

La Commission préconise des mesures plus concertées à l’encontre du racisme, de la xénophobie et de l'antisémitisme et suggère d'accorder un soutien plus important aux formes de dialogue interconfessionnel et multiculturel afin de lutter contre ces phénomènes. Le CESE recommande d'ajouter l'islamophobie à la liste afin d'insister sur la nécessité de lutter contre cette forme particulière de racisme où culture et religion s'entremêlent.

Enfin, le CESE craint que le problème de la violence envers les enfants, les adolescents et les femmes ainsi que celui de la traite des êtres humains à des fins d'exploitation sexuelle ne passent au second plan s'ils sont combinés avec la lutte contre la toxicomanie et le trafic de drogue, d'autant plus que l'allocation des enveloppes par programme n'a pas encore été ratifiée. Le CESE recommande donc de prévoir une ligne budgétaire et des objectifs distincts pour la lutte contre la violence.