Le CESE propose un plan visant à faire de l’UE le chef de file en matière de consolidation de la paix, en Europe comme dans le reste du monde

Lors de sa session plénière de mars, le CESE a adopté un avis dans lequel il esquisse une stratégie globale, pilotée par l’UE, visant à renforcer la paix, qui prévoit notamment la création du «chemin de la colombe blanche», un «sentier de la paix» qui s’étendra de l’Irlande du Nord à Nicosie afin de promouvoir le dialogue, la réconciliation et la prévention des conflits.

Pour l’UE, qui est le plus vaste projet pacifique de l’histoire moderne, le moment est venu de se placer à la pointe des efforts de consolidation de la paix en Europe et dans le monde: tel est l’essentiel du message développé dans l’avis d’initiative que le CESE a adopté sur le thème «Le “chemin de la colombe blanche” (WhiteDoveWay) – Proposition en faveur d’une stratégie de consolidation de la paix à l’échelle mondiale menée par l’UE». Ainsi que l’a déclaré la rapporteure Jane Morrice, «l’Union a le devoir moral, au-delà de toute considération économique ou géopolitique, de protéger la vie des victimes innocentes prises sous le feu des conflits, en particulier les enfants».

Le CESE presse l’UE de créer et de financer une nouvelle stratégie mondiale de consolidation de la paix, qui aurait pour trait saillant de créer le «chemin de la colombe blanche», un «sentier de la paix» qui s’étendrait sur 5 000 km à travers l’Europe, de l’Irlande du Nord à Nicosie, la capitale chypriote. Cet itinéraire suivrait les traces de Colomban, ce pèlerin irlandais du VIe siècle qui a parcouru l’Europe de l’Irlande à l’Italie et que Robert Schuman, l’un des pères fondateurs de l’UE, qualifiait de «saint patron de tous ceux qui aujourd’hui cherchent à construire une Europe unie».

L’initiative prévoit également de créer des centres européens pour la paix et la réconciliation en Irlande du Nord et à Nicosie, ainsi que des pôles didactiques connectant entre eux différents sites stratégiques égrenés tout au long du «chemin de la colombe blanche», et d’obtenir que l’UE reconnaisse le symbole de la colombe blanche comme la «marque» de tous les projets de l’UE en matière de paix. (dgf)