Don alimentaire: combattre la pauvreté alimentaire et réduire le gaspillage

This page is also available in

Extrait discours Henri Malosse :

 

Presque 90 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année en Europe et près d'un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine est perdue ou gaspillée à l'échelle mondiale. Au vu des ressources naturelles limitées et du grand nombre de personnes sous-nourries, ceci est moralement et économiquement inacceptable.

Dans ce contexte, le fait que les donneurs potentiels de nourriture sont souvent amenés à jeter les excédents alimentaires plutôt que de les distribuer par crainte de risques associés et la complexité de la procédure est tout simplement scandaleux.

Dans les pays industrialisés, l'un des moyens pour réduire le gaspillage alimentaire au niveau des grossistes et des restaurateurs pourrait être de faciliter le don des excédents d'aliments comestibles aux banques alimentaires ou autres organisations caritatives. Les banques alimentaires jouent un rôle déterminant dans le processus de don de nourriture, récupérant les denrées auprès des donateurs (industries agroalimentaires, distributeurs, détaillants ou individus) pour les redistribuer ensuite aux organisations de la société civile et autres services sociaux qui aident les plus démunis.

 

Le projet «Gaspillage alimentaire»

1) Les objectifs

Résultat concret du projet: Des propositions pour la stimulation de don d'aliments renforcés par les actions concrètes menées par le CESE

A partir de l'étude sur le don d'aliments dans des différents pays de l'UE, le CESE va formuler les propositions et mettre en place des actions pour contribuer à la facilitation de don d'aliments et renforcer le message sur les propositions formulées.

2) L'état d'avancement

Le Groupe de travail du projet se réunie régulièrement. L'étude comparative a été finalisée et les résultats seront discutés avec tous les acteurs concernés lors de la Conférence au CESE le 7 juillet. La Conférence serait une opportunité pour formuler les propositions concrètes et réfléchir sur les actions qui pourraient être menées par le Comité avec les partenaires impliqués. Une exposition sur le gaspillage alimentaire sera aussi organisée au CESE dans le cadre de la Conférence du 7 juillet.

3) Le potentiel et les pistes de progrès

La Conférence du 7 juillet devrait mettre l'accent sur les actions concrètes qui pourraient être réalisées par le CESE en coopération avec la Commission, les états membres, d'autres partenaires. Ca pourrait être par exemple des actions de promotion de la lois du bon samaritaine en force en Italie dans d'autres pays membres. Les actions pourraient porter aussi sur la clarification dans les états membres de règles fiscaux liés au don d'aliments, qui sont souvent un obstacles, la mise en place de solution utilisés dans certains états.

Conclusions: Le projet a un potentiel, l'attention doit être donnée à l'identification des actions à mettre en œuvre lors de la Conférence du 7 juillet.