You are here

Lettre d'information du groupe de liaison - Octobre 2018

Liaison Group Newsletter

Qualité ou rapidité?

Avec le futur CFP, et en particulier le Fonds de cohésion, le moment est venu pour l’Union européenne de faire les vrais choix. Il n’est pas seulement question du Brexit – s’il se concrétise –, mais l’accélération des travaux fait également l’objet d’un débat particulièrement intense dans le cadre des négociations entre le Conseil, la Commission et le Parlement européen. C’est tout à fait compréhensible, eu égard à l’incertitude qui plane sur le futur Parlement européen et la prochaine Commission européenne. Lorsque l’on examine le paysage politique européen, les perspectives d’avenir sont loin d’être brillantes. Néanmoins, il ne sert à rien de sombrer dans la dépression, pas plus que de continuer comme si de rien n’était. Il faut sensibiliser et mobiliser!
Les politiques doivent être soutenues financièrement. Le plus grand bénéfice pour les citoyens ne provient pas de la politique agricole commune, bien que certains éléments de développement durable – relevant plutôt de l’écoblanchiment – y aient été ajoutés. L’agriculture n’occupe que 5 % de la main-d’œuvre européenne, alors qu’environ 40 % du budget de l’UE est alloué à ce secteur. Les bénéficiaires ne sont pas les agriculteurs qui produisent de manière durable, mais l’agro-industrie, dont le leitmotiv est généralement de «produire toujours plus, croître à tout prix». Cette situation n’est pas tenable et a parfois des conséquences dévastatrices pour le bien-être animal, les sols et les eaux souterraines.
Les Fonds de cohésion sont ceux qui parviennent le plus efficacement aux citoyens en Europe et qui peuvent contribuer à résoudre les problèmes sur le terrain. Ce n’est pas seulement une question de budget à allouer, il faut aussi donner le pouvoir aux acteurs indispensables à la mise en place des politiques. Et il y a du pain sur la planche: les administrations régionales et les parties prenantes ne sont pas toujours à la hauteur, vu le montant parfois assez élevé des financements non utilisés, et l’on observe la persistance de problèmes de mauvaise gouvernance (généralement appelée corruption) ainsi que de l’ignorance des valeurs européennes fondamentales et de l’état de droit.
Les fonds européens constituent toutefois un outil de pilotage qu’il conviendrait de mieux utiliser en tant que tel. Le temps est un argument, mais la qualité de la réalisation est plus pertinente. Les fonds européens ne sont pas une carte de paiement moderne, ils devraient être le meilleur investissement dans un avenir – espérons-le – durable. Il appartient à la société civile européenne institutionnelle et organisée de veiller au grain. C’est notre avenir commun qui est en jeu!

- Conny Reuter, Co-président du Groupe de Liaison

Lisez la lettre d'information du Groupe de Liaison ici.