"Une erreur géo-stratégique et historique"

This page is also available in

Le CESE critique la décision du Conseil de ne pas ouvrir les négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie

Le Comité économique et social européen (CESE) est profondément déçu par la décision prise par les dirigeants de l’Union européenne, lors du Conseil européen des 17 et 18 octobre derniers, de reporter encore l’ouverture des négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie, faute d’unanimité parmi les États membres.

Selon Luca Jahier, président du CESE, la décision de ne pas ouvrir de négociations d’adhésion avec ces deux pays est «la mauvaise décision, pour la deuxième fois, et la rupture d’une promesse, qui met en péril la crédibilité de l’Europe».

Il considère l’adoption de la résolution du Comité, que ses membres ont soutenue à une large majorité, comme «un engagement solidaire tacite. Le CESE poursuivra ses travaux avec la société civile des Balkans dans la mesure de ses possibilités.»

Dans sa résolution, le CESE qualifie la non-ouverture des négociations d’adhésion de faute géostratégique et historique.

L’Union européenne ne doit pas négliger le fait que d’autres acteurs mondiaux avancent déjà leurs pions et deviennent de plus en plus actifs dans cette région, sur le plan économique grâce à des investissements, mais aussi en promouvant un système de valeurs qui diffère de celui de l’UE, a souligné le président Jahier.

Pour la population des Balkans occidentaux, l’Europe est porteuse d’espoir; les jeunes, notamment, nourrissent de fortes attentes à son égard. Nous devons continuer à porter la parole de la société civile des Balkans occidentaux et à bâtir des ponts vers les citoyens de cette région, a renchéri Dilyana Slavova, présidente de la section «Relations extérieures» du CESE. Elle a mis en avant le travail soutenu accompli par le CESE en collaboration avec la société civile et a invité les membres à considérer l’élargissement vers les Balkans – qui font partie de notre voisinage direct – non pas comme une expansion, mais comme une réunification.

Le Comité est convaincu que l’ouverture des négociations aurait conféré à l’Union une plus grande autorité pour insister sur la stricte application des critères d’adhésion lors du processus de négociation et lui aurait fourni de meilleurs instruments pour s’assurer du respect de l’état de droit après l’adhésion.

Dans la déclaration finale adoptée à l’issue du 7e Forum de la société civile des Balkans occidentaux, que le CESE a organisé à Tirana les 16 et 17 avril 2019, les organisations de la société civile ont également rappelé que l’élargissement de l’Union européenne constituerait une occasion unique de diffuser ses valeurs démocratiques et ses normes juridiques dans cette partie du monde.