Le chemin de la colombe blanche, un sentier de paix à travers l’Europe

This page is also available in

Peace signpost

Lors de sa session plénière de mars, le Comité économique et social européen (CESE) a adopté un avis dans lequel il propose une stratégie globale, pilotée par l’UE, visant à renforcer la paix et comportant la création du chemin de la colombe blanche, un «sentier de la paix» qui s’étendra de l’Irlande du Nord à Nicosie, afin de promouvoir le dialogue, la réconciliation et la prévention des conflits, en s’inscrivant dans les pas de Colomban, le pèlerin irlandais du sixième siècle.

L’Union européenne s’est construite au départ d’une mission de paix, qui lui a valu, en 2012, de remporter le prix Nobel de la paix. Grâce à cet engagement, les réalités de la guerre ont pu être épargnées à bien des générations de jeunes Européens. Pour l’UE, qui est le plus vaste projet pacifique de l’histoire moderne, le moment est venu maintenant de prendre une position en pointe pour construire la paix en Europe et dans le monde: tel est l’essentiel du message développé dans l’avis d’initiative que le CESE a adopté sur le thème «Le chemin de la colombe blanche» – Proposition en faveur d’une stratégie de consolidation de la paix à l’échelle mondiale menée par l’UE. Ainsi que l’a déclaré la rapporteure Jane Morrice, l’Union a le devoir moral, au-delà de toute considération économique ou géopolitique, de protéger la vie des victimes innocentes prises sous le feu des conflits, dont, en particulier les enfants.

À cette fin, le CESE presse l’UE de créer et de financer une nouvelle stratégie mondiale de consolidation de la paix, qui aurait pour trait saillant de créer le «chemin de la colombe blanche», un «sentier de la paix» qui s’étendrait sur 5 000 km à travers l’Europe, de l’Irlande du Nord à Nicosie, la capitale chypriote. Cet itinéraire suivrait les traces de Colomban, ce pèlerin irlandais du sixième siècle que Robert Schuman, l’un des pères fondateurs de l’UE, qualifiait de saint patron de tous ceux qui aujourd’hui cherchent à construire une Europe unie.

Le chemin de la colombe blanche irait plus loin que son itinéraire original, pour traverser des territoires qui ont payé un lourd tribut à la guerre et aux conflits, qu’il s’agisse du front occidental de la Première guerre mondiale, du Trentin - Haut-Adige ou des Balkans, de manière à établir des connexions entre les populations et les sites tout au long de son tracé. La proposition prévoit aussi d’établir des pôles didactiques ainsi que des embranchements vers l’Europe du Nord, de l’Est, du Centre et du Sud, grâce auxquels chaque promeneur pourra définir son itinéraire pour visiter le nombre de sites à sa convenance.

Un itinéraire culturel accessible à tous

La proposition du CESE prévoit également un portail en ligne, qui, grâce à des éléments audiovisuels tirés de chaque site, générera une réalité virtuelle et une expérience interactive, lesquels seront susceptibles de servir d’outil pédagogique pour enseigner, dans toutes les écoles de l’UE, les démarches de consolidation de la paix. C’est dans cette optique que le CESE préconise la création d’un groupe de travail de la «Colombe blanche», qui serait chargé d’engager des consultations avec des partenaires locaux et régionaux et d’autres itinéraires bien établis, comme le Sentier du front de l’Ouest ou les chemins culturels proposés les Amis de saint Colomban (Friends of Colombanus). Ce groupe de travail aurait également pour mission de nouer une coopération plus étroite avec des organisations internationales telles que les Nations unies, l’Unesco, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ou le conseil de l’Europe, ainsi que d’effectuer les préparatifs logistiques pour tracer un sentier qui, de l’Irlande, conduira jusqu’à Chypre.

En outre, l’initiative proposée par le CESE prévoit de créer des centres européens pour la paix et la réconciliation, en Irlande du Nord et à Nicosie, et des pôles didactiques, qui établiront des connexions entre des sites stratégiques égrenés tout au long du Chemin de la colombe blanche, ainsi que d’obtenir que l’UE reconnaisse le symbole de Colombe blanche comme la «marque» de tous les projets de l’UE en matière de paix et qu’elle renforce l’obligation, pour tous les initiatives ressortissant à ce même domaine de la paix, de faire savoir au grand public qu’elles ont reçu le soutien de l’UE. Comme l’a fait observer Jane Morrice, en établissant une feuille de route pour une stratégie de consolidation de la paix à l’échelle mondiale, coulée dans le même moule que le programme de paix de l’UE en Irlande du Nord et dans les comtés frontaliers, tout en proposant aux voyageurs un itinéraire à la fois physique et virtuel sur le thème de la paix, le chemin de la colombe blanche sera comme un phare qui indique comment vivre, apprendre et interagir dans un monde de plus en plus mondialisé.

Pour atteindre ces objectifs, le CESE rappelle que chaque euro investi dans la paix permet d’en économiser sept autres dans la défense, et il invite instamment l’UE à donner à la consolidation de la paix une place prioritaire dans ses propositions concernant son nouveau budget, le cadre financier pluriannuel pour la période 2021-2027, qui devrait non seulement s’attacher à prévenir le conflit et à assurer plus de cohérence et de cohésion entre les politiques concernant les échanges internes et externes, l’aide, le développement et la sécurité mais aussi préserver et accroître les ressources allouées à la diplomatie culturelle, au journalisme de paix et au dialogue interculturel.

L’avis souligne aussi qu’un des facteurs essentiels pour réussir la mise en œuvre de la stratégie doit être que la société civile, à tous les niveaux de la prise de décision, soit associée à la démarche, avec une attention toute particulière portée aux femmes et aux jeunes.

De l’avis du CESE, le nouveau budget se devrait de faire écho au succès remporté par le programme Erasmus et de mettre davantage l’accent sur les stratégies d’information, de communication et d’éducation (ICE), notamment en utilisant les médias, tant traditionnels que sociaux, pour que les citoyens, à tous les niveaux, se sentent concernés par les efforts que l’UE entreprend en faveur de la paix.

Pour reprendre les mots de Jane Morrice, en utilisant le symbole de la colombe blanche pour indiquer la voie à suivre, ce chemin rendra non seulement hommage aux efforts de consolidation de la paix que l’UE déploie partout dans le monde, mais tracera également une nouvelle vision pour l’Union européenne, tout en exprimant un message d’espoir en ces temps de plus en plus difficiles.

Downloads

PR 11 - Le chemin de la colombe blanch

See also