Le CESE soutient les propositions de la Commission visant à investir dans une mobilité durable, sûre et intelligente, a déclaré son président, Luca Jahier

This page is also available in

Image
EESC - 537th plenary session - Exchgange of views with Commissioner BULC

Luca Jahier, président du CESE, et Violeta Bulc, commissaire européenne chargée des transports, ont pris part à un débat fructueux sur la mobilité lors de la session plénière du Comité, le 20 septembre 2018. Au cœur de ce débat avec les membres du CESE se trouvaient les sujets suivants: un cadre réglementaire adéquat pour le bon fonctionnement de l’espace européen unique des transports, la numérisation dans les technologies des transports terrestres, une meilleure interopérabilité des différents systèmes existants de télépéage et l’investissement dans l’électricité propre.

Le troisième paquet sur la mobilité a été publié en mai 2018 et il conclut le programme ambitieux de la Commission pour moderniser la mobilité. Le CESE examinera et adoptera ses avis sur ce thème lors de la session plénière du mois d’octobre.

Le CESE a suivi avec beaucoup d’attention tous les trains de mesures sur la mobilité et il a activement contribué à orienter les nouvelles politiques, a affirmé M. Jahier. Nous nous réjouissons de voir qu’avec les initiatives “L’Europe en mouvement”, la Commission a entrepris des actions pour moderniser en profondeur la mobilité et le transport européens. Nous unissons nos forces pour investir dans une mobilité durable, sûre et intelligente, a-t-il poursuivi.

Mme Bulc a souligné que les trois trains de mesures sur la mobilité reflétaient la vision de la Commission européenne, à savoir mettre l’accent sur la décarbonisation, la numérisation, l’investissement et l’innovation. Notre but est de parvenir à une mobilité européenne sûre, sécurisée, propre, inclusive et efficace, a indiqué Mme Bulc. Avec le troisième paquet sur la mobilité, nous avons en particulier pour objectif d’atteindre une mobilité sûre sans aucun accident mortel, une mobilité propre sans aucune pollution et une mobilité autonome sans aucun papier, a-t-elle ajouté.

M. Jahier a exprimé le soutien général du CESE au troisième train de mesures sur la mobilité et a fait valoir les points suivants:

Un cadre réglementaire correspondant à un espace européen unique des transports ambitieux

Le bon fonctionnement de l’espace européen unique des transports est tributaire d’un cadre réglementaire adéquat. Le CESE est d’avis que bien souvent, les modifications législatives proposées en ce qui concerne l’accès à la profession, l’accès au marché et les conditions de travail ne réussissent pas à résoudre les problèmes dont elles traitent. C’est pourquoi il est primordial et urgent de proposer de nouvelles solutions.

Les technologies des transports terrestres

Selon toute probabilité, la numérisation et l’automatisation révolutionneront les technologies des transports terrestres. Ces nouvelles technologies recèlent la capacité à la fois d’améliorer l’efficacité du marché des transports et de fournir les données analytiques qui contribueront à la mise en application de la législation existante et à la protection des droits humains et sociaux. Le CESE encourage donc la Commission à poursuivre plus avant le projet «Vision zéro à l’horizon 2050».

Améliorer l’interopérabilité des systèmes de télépéage au sein de l’Union

De même, le Comité approuve vivement la proposition de la Commission de surmonter le manque d’interopérabilité entre les différents systèmes existants de télépéage dans les États membres.

Mettre l’accent sur la production d’électricité propre

Le CESE souligne également que la production d’électricité propre constitue une condition indispensable à la réussite d’une mise sur le marché des véhicules électriques.

M. Jahier a par ailleurs fait mention de la version révisée du règlement relatif au mécanisme pour l’interconnexion en Europe couvrant la période 2021-2027. Dans son avis adopté en session plénière le 19 septembre 2018, le CESE insiste sur l’importance stratégique que revêt cette proposition; il demande donc un renforcement du budget après 2020, encourage davantage de synergies entre les secteurs des réseaux de transport, de l’énergie et du numérique, et invite instamment la Commission à maintenir son engagement à consacrer la majeure partie du budget de l’énergie aux projets en matière d’électricité. L’actuel budget prévu pour les transports, tel que proposé par la Commission, s’élève à 30,615 millions d’EUR.

Downloads

PR 41 / 2018 - Debate Jahier-Bulc