You are here

Le CESE présente les premiers résultats d’une étude sur les jeunes et l’Europe

Les jeunes Européens estiment que faire partie de l’Union européenne leur apporte des  avantages directs; ils veulent apprendre d’autres langues, découvrir d’autres cultures et nouer des amitiés avec des ressortissants d’autres pays de l’UE. Ce ne sont là que les premiers résultats d’une étude intitulée «Les jeunes et l’UE: perceptions, connaissances et attentes», présentée par le Comité économique et social européen (CESE) et son groupe «Diversité Europe» lors d'un événement de grande envergure organisé à Bruxelles le 15 mai 2019.

Cette étude très importante confirme que les jeunes Européens se prononcent en faveur de l’Union et sont prêts à en apprendre plus à son sujet, en plus de profiter de tous les avantages qu’elle leur offre, a déclaré Arno Metzler, le président du groupe «Diversité Europe» du CESE.

D’après les résultats de l’étude, les jeunes Européens ont tendance à penser qu’appartenir à l’Union leur apporte des avantages à titre personnel. Par ailleurs, ils ont conscience de la nécessité d’apprendre d’autres langues et de s’ouvrir à d’autres cultures. Ils se disent désireux de nouer des amitiés avec des ressortissants d’autres États membres. Ils souhaitent en savoir plus sur l’Union européenne et le fonctionnement de ses institutions; il s’agit selon eux de la première étape pour s’investir davantage dans l’Union. Toutefois, certains d’entre eux estiment que l’Union devrait plus souvent tenir compte de leur avis au moyen d’un dialogue direct

Pour répondre à ces attentes, il est essentiel de bâtir une nouvelle citoyenneté européenne afin de tendre la main aux citoyens et de les aider à s’épanouir. Nous devons concevoir de nouveaux outils pédagogiques sur l’Union européenne, par exemple une plateforme européenne d’apprentissage ou une nouvelle matière scolaire permettant d’expliquer ce que les institutions de l’Union font au quotidien. Nous voulons rendre la communauté européenne plus active. Les organisations de la société civile et les citoyens devraient diffuser les valeurs et les objectifs européens, a ajouté M. Metzler. Bruxelles, en particulier, devrait profiter de sa position pour expliquer plus clairement ce qu’est l’Europe.

Commandée par le groupe «Diversité Europe», cette étude rassemble les résultats de recherches documentaires, d’une analyse de la littérature et d’une enquête. Elle vise à examiner comment les élèves de 14 à 18 ans perçoivent l’Union européenne, les connaissances et les attentes qu’ils ont à son sujet, ainsi que leur degré d’ouverture face à la diversité européenne. L’enquête a été menée auprès d’élèves des écoles européennes de Bruxelles, ainsi que d’écoles situées en France, en Allemagne, en Italie, en Roumanie et en Suède. Les recommandations formulées dans l’étude seront transmises à la prochaine Commission européenne.

Nous devons exploiter le potentiel de nos jeunes et tenir compte de leur avis, tant au niveau national qu’à l’échelle européenne, a conclu M. Metzler. C’est ça, l’avenir. Nous devons oser dire “je suis Européen(ne)”, être à l’écoute des autres et leur expliquer ce que nous faisons pour améliorer notre Europe.

 

Le contexte

Pour en savoir plus sur les activités du groupe «Diversité Europe» du CESE, veuillez consulter notre site internet.

Downloads

Le CESE présente les premiers résultats d’une étude sur les jeunes et l’Europe