Le CESE appelle le commissaire Katainen à rendre opérationnel sans délai le plan d’investissement

This page is also available in

L’avis sur l’EFSI 2.0 recommande de mobiliser les capitaux privés

 

La semaine dernière, le Conseil des ministres a décidé de procéder à une extension du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI 2.0), en mobilisant 500 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires d’ici à 2020. La session plénière du CESE a appelé aujourd’hui à le mettre en œuvre sans délai, à en assurer une couverture géographique équilibrée dans toute l’Union et à garantir la mobilisation de capitaux privés.

Le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) a démontré la solidité du projet initial. Les opérations approuvées à ce jour représentent plus de 154 milliards d’EUR, dont 62 % ont été financés par des investisseurs privés; 380 000 PME ont soutenu plus de 50 000 microentreprises. Le CESE se félicite de la proposition de la Commission et de la décision du Conseil de prolonger l’EFSI et de muscler son financement. Il importe de poursuivre le soutien aux PME mais, comme le souligne l’avis, celles-ci doivent être informées du fait qu’elles bénéficient d’une aide de l’UE. Le Comité recommande dès lors de renforcer la visibilité du Fonds. Le CESE plaide également en faveur d’une mobilisation encore plus forte des capitaux privés dans l’EFSI et souligne l’importance d’une couverture géographique et sectorielle équilibrée. En outre, le Comité a mis en exergue la nécessité de renforcer la dimension sociale de l’EFSI. Il a également préconisé le renforcement de la plateforme européenne de conseil en investissement (EIAH) et plaidé en faveur d’un rôle accru des banques de développement nationales.

Comme l’a expliqué M. Alberto Mazzola, rapporteur du CESE sur l’EFSI: «Nous proposons, tout en garantissant l’utilisation appropriée des fonds, de mobiliser encore davantage les capitaux privés: le marché obligataire et les fonds d’assurance et d’investissement. En Europe, les investisseurs institutionnels gèrent 13 500 milliards d’EUR, dont moins de 1 % est investi dans les infrastructures.» Le plan Juncker, qui dispose de financements plus élevés que d’autres initiatives de l’UE, permet de réaliser des investissements dans des projets européens transnationaux à grande échelle pour une valeur dépassant pour chacun d’eux 10 milliards d’EUR, avec principalement le soutien de capitaux privés. L’on peut par exemple penser au système européen de contrôle du trafic aérien SESAR, au système européen de gestion du trafic ferroviaire ERTMS, à la conduite connectée et automatisée, au réseau énergétique en maillage qui relie les fermes éoliennes en mer du Nord, au gigabit industriel, à l’informatique à grande puissance, et au déploiement du haut débit dans toute l’Europe. «Pour mettre en œuvre ces projets, la Commission doit se montrer proactive. L’EFSI devrait également soutenir des facteurs comme, par exemple, les technologies à double usage liées à l’industrie de la sécurité et de la défense commune, et modifier en conséquence la liste des secteurs exclus du champ d’intervention de la BEI», a déclaré le rapporteur du CESE.

Lors de sa session plénière de décembre, le CESE a débattu avec le vice-président de la Commission, M. Jyrki Katainen, de plusieurs questions essentielles concernant le futur développement économique de l’Europe. Au cours du débat, il a expliqué: «Durant sa première année et demie de fonctionnement, l’EFSI a accordé un financement à 380 000 PME européennes. À ce jour, le montant des financements octroyés par le Fonds s’élève à 30 milliards d’EUR et, grâce aux 240 accords conclus entre différents types de banques, il engagera 160 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires. Contrairement aux critiques qui prétendent que l’EFSI profiterait davantage aux anciens États membres, c’est en Estonie, et ensuite en Bulgarie, au Portugal, en Italie et en Grèce que son influence rapportée au PIB est en réalité la plus élevée. C’est le nombre plus réduit de projets financés qui crée l’impression de cet écart.» "


Avis du CESE sur le sujet:
EFSI 2.0: Prolongation de la durée d’existence du Fonds européen pour les investissements stratégiques (rapporteur: M. Alberto Mazzola)

 

 

Downloads

Communiqué de presse : Le CESE appelle le VP Katainen à rendre opérationnel sans délai le plan d’investissement