S’adapter au confinement pendant la COVID-19: un exemple croate

This page is also available in

 

Lidija PAVIC-ROGOSIC
Développement durable de la société (ODRAZ)

Je travaille pour une organisation dénommée ODRAZ, acronyme qui correspond à «Développement durable de la société» en croate. Toutefois, «odraz» peut également signifier réflexion et progrès, et c’est exactement ce qui nous a inspirés pendant le confinement lié à la COVID-19. Nous avons réfléchi aux possibilités qui s’offraient à nous et avons entrepris de nouvelles activités.

La COVID-19 et les plans de mobilité

D’abord, ce fut le choc. Au début du mois de mars 2020, nous avons été contraints d’annuler une grande manifestation internationale sur l’innovation en matière de mobilité durable deux jours avant la date à laquelle elle aurait dû avoir lieu. Le programme avait été validé, les orateurs avaient été choisis et une centaine de participants en provenance de sept pays différents avait confirmé leur présence. Nous avons également dû annuler quatre autres manifestations. Pour l’une d’entre elles, les frais d’hôtel des participants avaient même déjà été réglés. Bien que ce changement organisationnel ait été éprouvant pour chacun d’entre nous, nous avons décidé de mettre ce temps à profit pour développer de nouvelles idées et pour créer de nouveaux partenariats inédits à l’aide d’outils en ligne.

Un atelier éducatif en ligne sur la mobilité durable des étudiants et des jeunes professionnels a été organisé pour les étudiants en sciences du transport, en urbanisme, en architecture, en sociologie et en géographie ainsi que pour d’autres jeunes intéressés par les sujets comme l’art urbain, les transports et la mobilité, ainsi que la gouvernance participative, ayant une expérience en matière de mise en œuvre de plans de mobilité urbaine durable (PMUD). De bonnes pratiques, telles que des solutions innovantes de stationnement intelligent et la conception de systèmes publics de location de vélos pendant la crise de la COVID-19, ont été présentées.

Deux ateliers sur le thème de «l’avenir des transports publics – nouvelles technologies, innovations et le développement rationnel» ont également été organisés. Les quelque cent participants originaires de Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Monténégro et Macédoine du Nord ont eu la chance d’écouter des conférenciers de plusieurs pays. L’un deux a donné une présentation intéressante à propos des transports publics pendant la pandémie, en offrant un aperçu de la manière dont certaines villes se sont adaptées à la crise et des mesures qu’elles ont prises pour aider leurs citoyens et leurs communautés pendant la pandémie. Les résultats d’une étude récente sur la mobilité des travailleurs en Croatie pendant la pandémie de COVID-19 ont également été évoqués. La crise actuelle, les systèmes publics de location de vélos et la micromobilité ont aussi été abordés. Au cours du second atelier, l’un des conférenciers était Tom Rye, grand spécialiste des transports européens, qui a présenté les actions novatrices pour les transports publics et les transports publics en période d’incertitude. Même si nous préférerons tous organiser des assemblées en direct, ces ateliers en ligne nous ont permis d’accueillir plusieurs experts de l’Union qui, dans d’autres circonstances, n’auraient sans doute pas accepté notre invitation en raison des échéances courtes que cela impliquait.

Nous avons continué à mener des activités semblables et avons récemment organisé un webinaire international intitulé «La COVID-19 en tant que vecteur de changement dans les plans de transport durable», qui a rassemblé quelque 130 participants.

Une occasion de travailler à distance avec de nombreux professeurs de l’enseignement secondaire

Les autres nouvelles activités portaient sur le développement durable, les objectifs de développement durable (ODD), le volontariat et la manière d’introduire ces questions aux étudiants et aux professeurs du secondaire. Ainsi, nous avons préparé des outils pédagogiques pour les cours à distance, des jeux-questionnaires pour les étudiants et d’autres activités comparables. Avec l’aide de nos partenaires, nous avons organisé un certain nombre de webinaires sur les ODD, sur les moyens d’aborder les ODD de manière intéressante dans différentes matières (allant des mathématiques à l’histoire) et sur la manière de faire participer les établissements scolaires et les étudiants au développement durable des communautés locales. Nous avons également organisé plusieurs webinaires et tables rondes au cours desquels de bons exemples d’activités et du matériel pédagogique ont été présentés, et nous avons tenu des débats avec des représentants du ministère de l’enseignement, des établissements scolaires et des organisations de la société civile. Nous avons été agréablement surpris par le grand intérêt témoigné par les établissements scolaires. En effet chaque manifestation a rassemblé entre 50 et 90 enseignants.

En outre, nous avons organisé une manifestation à distance pour des étudiants d’écoles secondaires croates. Les étudiants ont débattu des ODD relatifs aux thèmes suivants: tout le monde a suffisamment d’argent pour vivre; tout le monde se sent bien et est en bonne santé; tout le monde a la possibilité d’apprendre et de travailler; l’environnement est protégé et notre mode de vie est durable. Les étudiants ont recensé les problèmes existant au sein de leurs communautés locales, ont proposé des solutions et, pour terminer, ont élaboré un projet de charte sur les ODD, qui sera envoyé aux responsables politiques locaux.