Négociations en cours et informations pour la protection et le soutien des consommateurs grecs

This page is also available in

Evangelia KEKELEKI
Centre de défense des consommateurs (KEPKA)

Dès le début de cette crise sans précédent, en janvier 2020, le KEPKA a surveillé de près toutes les évolutions et diffusé des communiqués de presse réguliers pour informer et, ainsi, protéger les consommateurs.

À plusieurs reprises, nous avons demandé au gouvernement de soutenir la suspension des paiements des crédits des consommateurs et des échéances hypothécaires pendant la crise et d’interdire les sanctions en cas de retard de règlement des factures de consommation courante (électricité, eau).

En raison des restrictions en matière de déplacement, nous avons été en contact permanent et avons échangé des informations avec le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), afin de protéger les consommateurs qui demandaient le remboursement ou l’indemnisation de leur voyage annulé. Nous avons estimé qu’un système ouvert d’indemnisation par bons, qui prive le consommateur de son droit à un remboursement, n’était pas satisfaisant, car la plupart des consommateurs ne seraient pas en mesure de partir à une date ultérieure pour le voyage prévu.

Nos communiqués de presse et nos informations comprenaient également une mise en garde contre la fraude en ligne. En effet, la multiplication excessive des commerces en ligne, provoquée par les conditions actuelles, a augmenté ce risque.

Au moyen d’autres communiqués de presse et informations, nous avons incité le gouvernement à ne pas restreindre les droits des consommateurs à cause de la crise économique résultante. Nous avons notamment demandé que des mesures soient prises pour aider les consommateurs ne parvenant pas à rembourser leur prêt pendant la crise de la COVID-19 en raison de la diminution de leurs revenus.

Étant donné les coûts élevés des vaccins et traitements et les montants que l’Union européenne a alloués à ce jour aux études et à la recherche (plus de 90 millions d’euros pour la recherche sur la COVID-19), nous nous sommes penchés sur la question à long terme des prix excessifs des médicaments et des traitements pour les consommateurs. Dans un autre communiqué de presse, nous avons demandé une révision, au regard de la COVID-19, du mode de financement de la recherche dans le secteur de la santé au niveau paneuropéen.

Le premier ministre grec lui-même a formulé une proposition pour que l’Union et ses États membres mènent une action collective «d’achat» des droits, des vaccins, des traitements et des tests de diagnostic liés à la COVID-19, afin de les convertir en biens publics. Cette proposition a été envoyée par le KEPKA à Luca Jahier, président du Comité économique et social européen, et au BEUC dans l’espoir d’obtenir leur soutien.