A offert conseil et financement d'ordinateurs portables pour assurer l'enseignement à distance

This page is also available in

 

Judith VORBACH
Chambre du travail de Haute-Autriche (AK OÖ)

Le 16 mars, la loi établissant des mesures de lutte contre la COVID-19 est entrée en vigueur en Autriche, ce qui s’est traduit concrètement par des restrictions de sortie, sauf dans certains cas bien précis. La chambre du travail de Haute-Autriche (AK OÖ) a réagi promptement en assurant le passage au télétravail de ses collaborateurs et en adaptant les outils informatiques pour permettre la gestion des affaires à distance. Le retour dans le bâtiment s’est ensuite déroulé par étapes, de concert avec l’adaptation des salles de réunion, la distribution de repas directement sur le lieu de travail, la mise à disposition de désinfectant, le port de masques de protection, la fourniture d’informations actualisées régulièrement, etc.

La crise de la COVID-19 a également entraîné son lot de nouveaux défis pour l’AK OÖ par rapport aux périodes de fonctionnement normal. Au cours des treize semaines de fermeture du bâtiment, les consultations se sont poursuivies sans interruption, par téléphone et en ligne. Il s’agissait de répondre à l’augmentation considérable des demandes de conseils en provenance de nos membres, notamment concernant les questions liées au droit du travail (par exemple les empêchements de service ou le maintien des rémunérations) ou au chômage partiel. Les membres des comités d’entreprise ont également reçu des informations spécifiques sur le chômage partiel, le droit du travail et la protection des travailleurs (protection contre une contamination par la COVID-19 sur le lieu de travail). Dans le domaine de la protection des consommateurs, les demandes de conseils ont également connu une augmentation considérable, notamment en ce qui concerne les voyages, les annulations d’événements et de cours, ou encore la suspension des loyers ou des échéances de remboursement des prêts. À plusieurs reprises, il a été possible de faire valoir des droits à remboursement. L’AK OÖ a par ailleurs financé la distribution d’ordinateurs portables à destination des apprentis pour faire en sorte qu’ils disposent de l’équipement technique nécessaire à un apprentissage à distance. Les ordinateurs resteront dans les écoles après la crise, apportant ainsi une contribution à long terme à l’apprentissage assisté par ordinateur pour les enfants en situation de précarité sociale. En outre, dans le cadre du fonds pour l’avenir «Travail – personnes – numérique» établi par la Chambre du travail, un instrument spécial coronavirus a été instauré, notamment pour soutenir des projets de déploiement du télétravail et de continuité des actions de communication des comités d’entreprise en dépit des mesures de crise. Pour atténuer les répercussions sociales de la crise, nous avons également milité en faveur de mesures spécifiques, telles que la création d’une fondation pour le travail à l’ère du coronavirus financée par des fonds publics, l’augmentation du taux de remplacement net des allocations de chômage, ou encore un dispositif de sauvetage des jeunes, qui comprendrait un doublement du nombre d’ateliers d’apprentissage interentreprises et l’adoption de mesures au niveau du système scolaire.