Don de médicaments de base aux personnes âgées

This page is also available in

Diana INDJOVA
Mouvement des personnes handicapées

Dans les moments difficiles, les Bulgares, dotés d’une grande force humaine, sont solidaires, font preuve d’entraide et soutiennent leur prochain. Ce sens de l’empathie, qui s’est développé au cours des siècles, a permis d’instituer des pratiques pour survivre aux crises, aux désastres et aux cataclysmes nationaux. Même aujourd’hui, dans la lutte contre la COVID-19, les bonnes personnes ne se montrent ni passives ni indifférentes.

La situation d’urgence actuelle s’avère particulièrement difficile pour les personnes âgées de plus de 75 ans. La lutte pour la vie est liée à l’accès aux médicaments de base, qui contribuent à la santé physique.

C’est cette idée qui a encouragé le Mouvement à faire des dons de médicaments de base pour traiter les infections ordinaires, qui peuvent s’avérer dangereuses pour nos aînés. En outre, la plupart d’entre eux n’ont pas les moyens de s’en procurer. Dans ce type de crise, ce sont les personnes âgées qui sont les plus vulnérables.

Chaque année, le Mouvement récolte des fonds avec l’aide de douzaines de personnes. Il a, de ce fait, été en mesure de distribuer des paquets de médicaments aux personnes âgées de plus de 75 ans qui vivent seules. Recensant avec précision les différents besoins créés par la situation d’urgence, les équipes du Mouvement ont distribué des paquets de médicaments préventifs essentiels dans les foyers de personnes âgées. Le Mouvement a également lancé des campagnes semblables à celles des banques alimentaires américaines pour soutenir la banque auxiliaire bulgare pour les médicaments de crise. Lorsque vous êtes en quarantaine, que vous n’avez pas beaucoup de moyens financiers, que votre état de santé est fragile et que vous ne travaillez pas, vous manquez toujours d’argent pour acheter des médicaments. 

Cette initiative ne découle pas de la croyance que les médicaments sont miraculeux, mais de l’idée que, selon une étude de l’université de Stanford, le cerveau a une capacité unique d’amplifier, de distribuer et d’activer l’énergie lorsqu’il est témoin de gestes positifs et d’empathie, et ce même sans avoir recours à un support matériel spécifique. Les personnes qui dégagent une énergie de solidarité et d’empathie sont à l’origine de miracles de guérison ou d’amélioration de la santé en période d’épidémie grave. Nous possédons cette énergie en Bulgarie. Il serait merveilleux que ce «miracle de solidarité» devienne la norme et qu’il ne se produise pas uniquement en cas d’épidémie, de crise ou de cataclysme.

Une étude intéressante révèle que, ces dernières années, 30,3 % des Bulgares ont volontairement fait des dons de médicaments. Les plus actifs sont les jeunes (53 % contre 14,5 % d’adultes). Ces personnes viennent principalement en aide à leurs amis et à leur famille (43,1 %) ou à leurs voisins (51,4 %), ce qui laisse penser que la plupart d’entre eux pratiquent une forme de «bénévolat informel». L’étude a également montré que 8,2 à 9,4 % des Bulgares participent régulièrement et activement à des activités caritatives bénévoles.