Vers une Europe durable à l’horizon 2030: La prochaine décennie doit être le moment d’agir, déclare le CESE

This page is also available in

Le développement durable doit être au cœur de l’avenir de l’Europe. Si nous voulons atteindre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies d’ici à 2030, c’est maintenant qu’il faut agir. Le temps de la réflexion est terminé, avertit le Comité économique et social européen (CESE) dans son récent avis sur le document de réflexion de la Commission intitulé «Vers une Europe durable à l’horizon 2030». Le document de la Commission ne va pas assez loin, regrette le CESE. Aucune action politique ne répond à l’urgence de relever les défis environnementaux, sociaux et économiques actuels. Cette question a fait l’objet d’un débat approfondi lors d’une conférence organisée le 2 octobre par le CESE avec la présidence finlandaise de l’UE et le Comité des régions, à laquelle des jeunes on activement participé.

Parallèlement à l’urgence climatique, d’autres enjeux environnementaux, tels que la perte de biodiversité et la pollution atmosphérique, sont de plus en plus préoccupants pour les citoyens. Les inégalités sociales se creusent également en Europe. Plus de 22 % des citoyens de l’UE sont exposés au risque de pauvreté et d’exclusion sociale, et des millions de jeunes ne parviennent pas à trouver un travail décent pour commencer à façonner leur vie adulte.

Dans ce contexte, la Commission a adopté en janvier 2019 son document de réflexion, attendu de longue date, intitulé «Vers une Europe durable à l’horizon 2030». Dans son avis, le CESE se félicite de ce document, mais se dit préoccupé par le fait que la ligne d’action qu’il présente ne marque pas d’accélération dans le rythme de la transition vers la durabilité, tant au niveau mondial qu’en Europe. Nous apprécions les progrès accomplis jusqu’à présent, mais ils ne sont pas suffisants. L’heure n’est plus à la tergiversation: il faut agir maintenant. La science est très claire quant aux conséquences et aux coûts de l’inaction, a souligné Cillian Lohan, rapporteur de cet avis. Nous devons veiller à ce que les citoyens restent au cœur des choix en matière de développement durable. Le programme à l’horizon 2030 doit être centré sur les personnes et donner des résultats pour tous.

L’évolution récente au niveau de l’UE est certainement très prometteuse, car nous pouvons constater que l’intention de la présidente élue, Ursula von der Leyen, est d’accélérer la transition vers la durabilité en Europe, en particulier grâce à un Pacte écologique européen dont la responsabilité sera confiée à un vice-président spécifiquement chargé de sa gestion. De nouveaux commissaires ont également été chargés de veiller à la réalisation des ODD des Nations unies dans leur domaine d’action,a déclaré Luca Jahier, président du CESE, à l’ouverture de la conférence. Nous espérons que cela conduira à l’élaboration d’une stratégie globale pour la mise en œuvre des ODD, comme l’a demandé le CESE afin d’assurer la cohérence des politiques.

Au cours de la conférence, le représentant de la présidence finlandaise de l’UE, Sami Pirkkala, a souligné qu’un bond en avant en matière de durabilité était à notre portée: la dynamique existe et bénéficie d’un vaste soutien de la part de toutes les institutions de l’UE. Ce message a été repris par Daniel Calleja Crespo, directeur général de la DG Environnement de la Commission. Il a souligné que les orientations politiques de la présidente élue de la Commission comprennent l’engagement d’élaborer une législation européenne ambitieuse en matière de climat et un nouveau plan d’action en faveur de l’économie circulaire, afin de veiller à ce que la transition soit juste pour tous et de recentrer le semestre européen pour en faire un outil utile pour atteindre les ODD. Les jeunes ont activement participé à la conférence avec une exigence claire: participer à un dialogue structuré avec les institutions de l’UE sur les questions de durabilité. Le CESE peut contribuer à créer l’espace nécessaire pour placer les générations futures au centre du processus décisionnel.

Le CESE appelle à un changement de paradigme et à un nouveau modèle de croissance

Pour atteindre les ODD, nous devons nous défaire de notre dépendance vis-à-vis de l’indicateur de la croissance du PIB et en utiliser d’autres pour définir la prospérité. Le PIB ne rend pas compte d’éléments importants en matière de bien-être individuel et social, a souligné Peter Schmidt, corapporteur de l’avis. L’Europe a besoin d’urgence d’un changement de paradigme et d’un nouveau modèle économique, qui soit socialement inclusif et écologiquement durable.

Les pays se sont déjà engagés par rapport aux ODD, et ceux-ci peuvent ouvrir la voie à des marchés en expansion pour les entreprises capables de proposer des solutions innovantes et des changements porteurs de transformation. La bonne nouvelle est que de nombreuses entreprises sont en avance sur les politiques adoptées. Une stratégie globale pour le développement durable et un cadre réglementaire approprié permettront de créer un environnement stable et de garantir la sécurité de manière à ce que les meilleures pratiques deviennent des pratiques courantes.

L’enjeu du développement durable, c’est l’avenir des citoyens; toute économie devrait, dans les limites de la planète, œuvrer afin de permettre à la société d’engendrer prospérité et équité, pour les générations présentes et à venir, à déclaré M. Lohan. Le lancement d’un Pacte écologique et social européen constituera un élément essentiel de la transformation des économies européennes pour prendre une direction beaucoup plus durable.

Le principe fondamental du développement durable est l’intégration des préoccupations environnementales, sociales et économiques dans tous les aspects de la prise de décision. Pour l’UE, cela implique d’aligner d’urgence tous ses cadres politiques et budgétaires/financiers existants sur les ODD et de mettre au point des méthodes crédibles de vérification de la durabilité afin d’étayer la mise en œuvre des ODD dans l’action interne et externe de l’UE.

L’UE doit utiliser sa puissance de marché pour stimuler la durabilité à l’échelle mondiale

Le développement durable est un objectif commun à l’échelle mondiale. L’Europe peut utiliser son poids en tant que principal bloc commercial et en tant que grand importateur de ressources biologiques pour faire pression à l’échelle mondiale en faveur d’un approvisionnement durable et, partant, soutenir le maintien de la biodiversité et des écosystèmes au niveau mondial.

Nous attendons de l’UE qu’elle soit le leader mondial du développement durable. Nous devons démontrer au reste du monde qu’une économie réelle et durable favorise également le développement économique, garantit le bien-être écologique, facilite la gouvernance inclusive et, surtout, assure la cohésion sociale et ne laisse personne de côté, a déclaré M. Schmidt.

 

See also