Les sources d’énergie propres ont un rôle essentiel à jouer dans une nouvelle stratégie industrielle pour l’Europe

This page is also available in

Un webinaire organisé par le Comité économique et social européen (CESE) sur ce sujet a mis en évidence le point de vue des organisations de la société civile sur l’avenir de l’industrie européenne, en soulignant l’importance des sources d’énergie propres pour que la transition vers une économie neutre en carbone soit couronnée de succès.

Les sources d’énergie propres sont vitales pour la transition vers une économie neutre en carbone dans l’Union européenne et il importe que les organisations de la société civile prennent une part effective à ce processus et aient la possibilité d’exprimer leur point de vue sur l’avenir de l’industrie européenne.

Telle était le thème central du webinaire public organisé le 28 janvier 2022 par le groupe d’étude thématique sur l’énergie de la section «Transports, énergie, infrastructures et société de l’information» (TEN), en coopération avec la section «Marché unique, production et consommation» (INT).

Cette manifestation a eu lieu dans le cadre de la nouvelle Stratégie industrielle pour l’Europe présentée par la Commission européenne le 5 mai 2021 et a été l’occasion de débattre de l’incidence sur les marchés et sur la société de la transition énergétique en cours vers une économie neutre en carbone.

Évoquant le caractère abordable et fonctionnel des sources énergétiques de substitution, John Comer, vice-président de la section TEN, a déclaré: Lorsque les prix de l’énergie augmentent, le prix de chaque article que nous consommons augmente également. Le processus de transformation énergétique suscite des craintes, des malentendus et des préoccupations. Il convient de veiller à l’émergence d’une compréhension commune de la manière dont nous devons réaliser ces ambitions, sans faire le lit de l’extrémisme de droite ou de gauche et du populisme en leur laissant la possibilité de combler le fossé.

Dans le même ordre d’idées, Simo Tiainen, président du groupe d’étude thématique sur l’énergie de la section TEN, a attiré l’attention sur le fonctionnement du marché de l’énergie, soulignant combien la crise énergétique a posé un véritable problème dans l’ensemble de l’UE ces derniers mois. La forte hausse des prix de l’énergie résulte principalement de l’augmentation de la demande mondiale d’énergie dans son ensemble en raison de la reprise. Il convient de ne pas perdre de vue que la bioénergie, et en particulier le biogaz, est une source importante d’énergie renouvelable, susceptible de jouer un rôle de premier plan dans le bouquet énergétique propre de l’avenir, a-t-il expliqué.

À ce sujet, Marcin Nowacki, membre du CESE et modérateur du webinaire, a déclaré: L’UE a relevé le défi de devenir une économie neutre en carbone d’ici à 2050. La question est maintenant de savoir à quoi pourrait ressembler le bouquet énergétique attendu sur la voie d’une économie neutre en carbone, compte tenu de la variété des besoins des différents acteurs aux niveaux national et local.

Jakub Wiech, expert en énergie, représentant Energetyka24, a fait remarquer que la transition énergétique ne peut se permettre d’exclure certaines technologies, comme l’énergie nucléaire, au profit d’autres et que l’énergie nucléaire constitue un élément important de la solution à la crise climatique dans la mesure où il s’agit d’une forme d’énergie sûre et propre.

Ne partageant pas cet avis, Lutz Ribbe, membre du CESE, a souligné que de nombreuses questions concernant l’énergie nucléaire restent encore sans réponse. Évoquant le passage progressif d’un système centralisé de production d’énergie à un système plus décentralisé, M. Ribbe a attiré l’attention sur la place de la société civile dans la transformation énergétique en mettant l’accent sur l’énergie produite par les citoyens et sur leur rôle en tant que prosommateurs, et a rappelé la promesse de l’union de l’énergie de placer les citoyens au cœur de la politique, laquelle demeure malheureusement lettre morte.

Christophe Quarez, membre du CESE, a souscrit à cette approche et évoqué les synergies entre, d’une part, la promotion de l’énergie produite à partir de sources renouvelables et, d’autre part, la transition sociale et les politiques industrielles, en soulignant que l’acceptation sociale de la transition énergétique revêt une importance capitale et que celle-ci passe par une véritable participation de la société civile.

Enfin, Phuc Vinh Nguyen, expert et chercheur au Centre énergie de l’Institut Jacques Delors, a insisté sur l’importance d’accélérer les investissements dans les énergies renouvelables afin de combler l’écart entre les émissions industrielles et celles du secteur de l’électricité. Il a plaidé en faveur d’objectifs contraignants ambitieux pour les technologies innovantes et l’industrie, ajoutant qu’entre 2012 et 2018, les émissions industrielles couvertes par le système d’échange de quotas d’émission de l’Union européenne (SEQE) ont stagné et n’ont diminué que de 1 %, alors que celles du secteur de l’électricité ont baissé de plus de 50 %.

Ce webinaire était la neuvième manifestation consacrée à la nouvelle stratégie industrielle pour l’Europe organisée par le Comité entre juin 2021 et mars 2022. Chaque rencontre a porté sur un aspect spécifique de la stratégie, comme les matières premières critiques, le rôle de l’industrie dans la réalisation du pacte vert et la compétitivité de l’Europe sur la scène mondiale. Le prochain webinaire sera consacré au thème «Chaînes d’approvisionnement durables et la question de la relocalisation» et aura lieu le 21 février 2022. La dernière manifestation de la série, intitulée «Un futur durable pour l’industrie européenne», se tiendra le 4 mars 2022.