Les femmes, une force de changement majeure pour les entreprises

This page is also available in

"Women: the largest disruptive force in business", Rick Zednik, Madi Sharma

Chaque année, l’écart entre le taux d’emploi des femmes et celui des hommes fait perdre 370 milliards d’euros à l’Europe. De plus, il est statistiquement prouvé que les entreprises dont les conseils d’administration présentent une plus grande mixité hommes-femmes sont plus performantes. Dès lors, pourquoi le rattrapage de l’écart économique entre les femmes et les hommes au niveau mondial devrait-il encore prendre 217 ans, comme l’estime le Forum économique mondial? Le 17 décembre, des orateurs de haut niveau issus du monde de l’entreprise, de la sphère politique et des ONG ont rencontré des membres du groupe des employeurs pour débattre des moyens de tirer parti de l’énorme potentiel que pourraient représenter les femmes pour l’économie européenne.

Deux groupes se sont penchés sur les éléments nécessaires pour renforcer la position des femmes dans le monde de l’entreprise et celui de la politique en Europe, et ont notamment tiré les conclusions suivantes:

  • Des modèles sont indispensables pour montrer aux femmes comment elles peuvent réussir à des postes de direction et dans des secteurs qui emploient traditionnellement une main-d’œuvre masculine.
  • «L’investissement dans une optique intégrant la dimension femmes-hommes (Gender lens investing)» est une approche qui vise à créer un rendement financier tout en promouvant l’égalité entre les sexes. Soutenir cette forme d’investissement peut être un moyen de renforcer la position des femmes dans l’entreprise. En outre, il convient d’encourager le rôle des femmes investisseuses.
  • Davantage de transparence et de données sur l’égalité entre les sexes sont nécessaires. Le rapport mondial sur l’égalité entre les femmes et les hommes publié par Equileap et l’indice européen de diversité de genre (European Gender Diversity Index – GDI) publié par European Women on Boards et Éthics & Boards contribuent à résoudre ce problème.
  • À l’heure actuelle, peu de femmes participent au financement de projets. Il pourrait être utile de créer un fonds d’investissement pour les femmes ou d’axer les fonds existants sur l’inclusion des femmes.
  • Il est indispensable de mettre en place des réseaux et de procéder à des échanges de bonnes pratiques. Cet objectif est cependant parfois difficile à réaliser au niveau local pour les initiatives de l’Union européenne actuellement en cours.

Violeta Jelić, qui a présidé la conférence, a résumé les débats en soulignant que le grand nombre et la diversité des conclusions montre qu’il reste encore beaucoup de sujets à aborder. Cependant, l’objectif est clair: tirer parti de la force de changement que représentent les femmes pour construire une économie européenne plus forte. Comme l’a déclaré Rick Zednik, orateur principal lors de cette manifestation, «négliger la dimension femmes-hommes nous a pendant trop longtemps empêchés de réaliser pleinement notre potentiel: en ignorant l’égalité entre les sexes, nous fermons la porte à certaines possibilités».