Le Commissaire à l'agriculture, Janusz Wojciechowski, a recnontré le Président de la Section NAT du CESE, Maurizio Reale

This page is also available in

Les liens entre la PAC et le Green Deal

Le Commissaire Janusz Wojciechowski s'est réjoui de revoir Maurizio Reale le 19 février dernier après leurs précédentes rencontres au sein de la COPA-COGECA. Tout en épinglant la difficile négociation sur le MFF, il met en avant les liens indiscutables entre la PAC et plusieurs objectifs de la nouvelle Commission, principalement le Green Deal mais aussi les stratégies "farm to fork" et biodiversité. Les agriculteurs ont, selon lui, besoin d'un soutien budgétaire accru pour prendre les mesures nécessaires dans ce cadre. A long terme, la politique agricole doit pouvoir développer une vision qui soit en accord avec le développement des territoires et l'écologisation accrue des pratiques. Le Commissaire est déterminé à défendre le point de vue des agriculteurs dans les accords commerciaux.

La position du CESE

M. Reale soutient la vision du Commissaire et surtout sa défense des agriculteurs. Tout en faisant référence à ses précédentes rencontres avec Mme Margrethe Vestager (Vice-Présidente exécutive de la Commission) et M. Norbert Lins (Président COMAGRI du PE), il informe le Commissaire que le CESE a été la première institution à donner son avis sur la réforme de la PAC. Le CESE a par ailleurs produit un avis exploratoire à la demande de la Commission avant que cette dernière ne mettre sur la table sa proposition de PAC réformée. Il informe le Commissaire des différents travaux en cours au sein du CESE. Il exprime le souhait d'une collaboration étroite avec le Commissaire et son cabinet.

Les solutions écologiques ne devraient pas mèner à une destruction de l'agriculture

Le Commissaire se réjouit de la proposition de collaboration, qui complètera utilement celle qu'il a déjà avec la COMAGRI. Il insiste sur le fait que la proposition de PAC réformée, telle qu'elle est actuellement sur la table, ne sera pas suffisante pour atteindre les objectifs du Green Deal. Il faut, dit-il, éviter de créer trop de divergences entre Etats Membres, Régions et territoires, tout en promouvant une répartition juste de l'effort. Imposer des contraintes administratives n'est pas une bonne approche et il faut éviter que les solutions écologiques ne mènent à une destruction de l'agriculture. Il pense que le CESE pourrait aider à présenter la réforme de la PAC comme une opportunité positive pour les agriculteurs.

Le Commissaire et M. Reale concluent de mettre en œuvre dès que possible leur collaboration par l'intermédiaire de leurs équipes respectives, dans l'attente de la participation du Commissaire à la session plénière de juin.