Le commerce, l’investissement, la sécurité sociale et la solidarité constituent les grands thèmes de la 16e table ronde de la société civile UE-Chine

This page is also available in

«La contribution de la société civile enrichit le partenariat pluriel entre l’Union européenne et la République populaire de Chine, et renforce la qualité des relations internationales», ont convenu M. Luca Jahier, président du CESE, et M. Yang Chongui, vice-président du Conseil économique et social chinois (CESC), lors de la 16e réunion de la table ronde entre leurs institutions. Une déclaration commune, publiée par les deux parties à la suite de la 16e table ronde UE-Chine organisée les 28 et 29 mai à Varna, en Bulgarie, résume les principales conclusions et recommandations de la réunion.

«La table ronde UE-Chine s’est imposée comme l’un des principaux événements bilatéraux entre l’UE et la Chine, et reflète la situation globalement positive et la stabilité des relations entre les deux parties», a déclaré M. Luca Jahier, président du CESE, avant d’insister sur l’importance pour les partenaires économiques, politiques et stratégiques de premier plan que sont l’UE et la Chine de continuer à travailler de concert sur un nombre toujours croissant de sujets.

La 16e réunion de la table ronde portait principalement sur des questions liées à la sécurité sociale et aux mécanismes de solidarité sociale, ainsi qu’aux relations commerciales et d’investissement entre l’UE et la Chine.

«Les principaux messages de cette 16e réunion de la table ronde UE-Chine seront transmis au prochain sommet UE-Chine, ainsi qu’aux autorités politiques des deux parties. Le CESE est fermement résolu à diffuser les messages de la société civile organisée et les conclusions de cette réunion auprès de l’ensemble des parties prenantes concernées, en Bulgarie, dans l’UE et au-delà, afin de s’assurer que la voix de la société civile soit entendue», a souligné Mme Dilyana Slavova, présidente de la section spécialisée «Relations extérieures» du Comité économique et social européen.

Sécurité sociale et mécanismes de solidarité sociale

La table ronde UE-Chine a reconnu que la mondialisation de l’économie a entraîné un accroissement quantitatif et qualitatif des échanges, ce qui a contribué à l’augmentation des flux migratoires. Elle a mis en évidence que ces flux concernent principalement des travailleurs qualifiés, qui ne s’installent en Chine ou, à l’inverse, dans l’Union européenne qu’à titre temporaire.

La table ronde a souligné la nécessité d’œuvrer en faveur d’une coordination internationale et multilatérale des systèmes de sécurité sociale, et le fait que, tant qu’une telle coordination internationale entre l’UE et la Chine ne sera pas devenue une réalité, il importe que des accords ou des instruments bilatéraux ou multilatéraux garantissent aux travailleurs un niveau suffisant de protection sociale, et plus particulièrement évitent les approches fragmentaires et partielles.

Relations commerciales et d’investissement entre l’UE et la Chine

Les deux parties ont reconnu que défendre et promouvoir un système commercial international ouvert, multilatéral et fondé sur des règles, ainsi qu’éviter le protectionnisme et les tendances nationalistes, relèvent d’une responsabilité commune. Elles ont également convenu de la nécessité de conclure un accord bilatéral d’investissement entre l’UE et la Chine. Concernant le mécanisme de filtrage des IDE qui pourrait être mis en place au niveau européen, les deux parties ont souligné combien il est essentiel que l’Union reste ouverte à l’investissement direct étranger, cette ouverture demeurant un principe fondamental pour l’UE ainsi qu’une source majeure de croissance, d’emploi et d’innovation. Elles ont toutefois reconnu le bien-fondé des préoccupations actuelles quant à la nécessité de protéger les technologies de première importance ainsi que d’autres intérêts essentiels et légitimes, qu’ils soient d’ordre stratégique ou liés à la sécurité et à l’ordre public. Dans le même temps, elles ont fait remarquer que les droits en matière d’investissement devraient être réciproques et que les investisseurs devraient bénéficier d’une égalité de traitement quel que soit l’endroit où ils investissent, de manière à ce que chacun joue selon les mêmes règles. 

Enfin, en ce qui concerne l’initiative «La ceinture et la route», le CESE et le CESC invitent les autorités des deux parties à garantir que l’ensemble des initiatives et projets communs soient budgétairement viables et durables sur le plan environnemental, et donc en mesure de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable.

2018: Année du tourisme UE-Chine

En marge de la table ronde, un séminaire tripartite sur le thème «2018: Année du tourisme UE-Chine» a été organisé conjointement avec le ministère bulgare du tourisme et le Conseil économique et social de Bulgarie. Cette Année du tourisme vise à promouvoir des destinations moins connues, à ouvrir des perspectives de coopération économique renforcée, ainsi qu’à faciliter la délivrance de visas et améliorer la connectivité aérienne entre l’UE et la Chine.

«Je suis fier que Varna accueille cette réunion, qui constitue l’une des initiatives de l’UE dans les relations qu’elle entretient avec la Chine. Elle permettra à Varna de jouer un rôle central dans le cadre de cette Année du tourisme UE-Chine et offrira des possibilités de développer encore nos relations et d’exploiter davantage notre potentiel économique», a déclaré M. Ivan Portnih, maire de Varna, qui a ouvert le séminaire. Alors que les destinations de l’Union européenne occupent le sommet de la liste des projets de voyage des Chinois, le marché chinois ne représente que 2 % du total des arrivées internationales enregistrées dans l’UE.

Contexte: La table ronde de la société civile UE-Chine a été mise sur pied en 2007 à la suite d’une décision prise lors du 9e sommet UE-Chine tenu à Helsinki. Les délégations respectives du CESE et de son homologue chinois, le Comité économique et social chinois (CESC), se rencontrent régulièrement pour débattre de thèmes en lien avec les questions économiques et sociales d’intérêt pour les deux parties. En rédigeant des rapports qui seront ensuite débattus, et en échangeant des idées, les représentants du CESE et du CESC contribuent au développement des relations globales entre l’UE et la Chine, du point de vue de la société civile.