L'avenir appartient à l'économie des valeurs

This page is also available in

2nd Open Eyes Economy Summit in Krakow

Des membres du CESE ont pris part au deuxième sommet Open Eyes Economy, à Cracovie

Les avancées technologiques, les mutations sociales et le changement climatique ainsi que les troubles politiques sont autant de défis pour la société mondiale et l’économie moderne. Dans le même temps, les valeurs sociales et économiques, auxquelles on accordait une grande importance par le passé, ont été reléguées au second plan. Lors du deuxième sommet Open Eyes Economy, organisé à Cracovie les 14 et 15 novembre, les entreprises et les organes politiques ont été invités à revoir les pratiques économiques et les mentalités qui prévalent afin de relever les défis d’un environnement qui évolue et de garantir un développement durable.  

Le CESE estime que tous les acteurs concernés doivent contribuer à la recherche de solutions efficaces pour garantir un avenir et une économie durables. Le Comité préconise d’améliorer la coopération entre l’ensemble des acteurs économiques et appelle les législateurs à anticiper le changement.

Une délégation de membres du CESE a participé au deuxième sommet Open Eyes Economy, un congrès international consacré aux valeurs économiques, dont l’objectif était de réveiller les consciences et de lancer des débats sur l’avenir; un avenir avec un meilleur environnement urbain, des entreprises et des marques responsables créant une culture de la valeur, un avenir où l’économie serait fondée sur les valeurs sociales et qui contribuerait au développement durable.

Gonçalo Lobo Xavier, vice-président du CESE, a participé au congrès interdisciplinaire au côté de membres du Comité issus de tous les groupes. Il a déclaré que la manifestation était placée sous le patronage honorifique du CESE et a pris part à une table ronde sur la législation internationale et l’avenir de l’emploi. Luca Jahier, président du groupe des activités diverses, a prononcé un discours intitulé «Quel type de travail pour les jeunes dans une Europe en mutation?» tandis que Joost van Iersel, président de la section ECO, et Pierre Jean Coulon, président de la section TEN, ont pris part à un échange de vues sur le thème «L’avenir de l’emploi – une Europe étatiste ou flexible?».

L’organisation d’employeurs polonaise Pracodawcy RP coorganisait le congrès et était chargée des sessions liées à la thématique «Homme – Travail». C’est pourquoi Andrzej Malinowski (président de Pracodawcy RP et membre du groupe des employeurs du CESE) est intervenu en tant qu’orateur lors de l’inauguration du sommet, lors de laquelle il a évoqué la question de l’avenir de l’emploi. Jukka Ahtela (groupe des employeurs) a décrit l’expérience menée en Finlande en matière de revenu minimum garanti et Janusz Pietkiewicz (groupe des employeurs) a animé la séance de questions-réponses sur «une croissance sans emplois» et «l’économie des petits boulots». Marian Krzaklewski (groupe des travailleurs) et les autres membres du CESE ont participé à plusieurs débats publics.

Les membres du CESE ont eu la possibilité d’analyser l’évolution de l’environnement et de discuter des solutions potentielles avec des représentants issus de milieux très divers. Contrairement aux autres congrès économiques, ce sommet était ouvert à tous: hommes d’affaires, étudiants, entrepreneurs, universitaires, représentants d’ONG, fonctionnaires et artistes.

Le congrès a mis l’accent sur l’intégration des valeurs sociales dans l’entreprise et le travail, la création de relations de valeur entre l’université, l’entreprise, la société et les institutions publiques et sur les stratégies visant à profiter du potentiel social et commercial. En présentant des exemples de meilleures pratiques, le sommet a montré que le profit demeure la finalité de la nouvelle économie, mais qu’il est étroitement lié à la culture, au développement, à l’innovation, à l’écologie, au commerce équitable et à la confiance.

Le mouvement Open Eyes Economy, qui organisait le sommet, a pour objectifs de contribuer par de nouvelles idées au débat sur l’avenir de l’Europe et de promouvoir la nouvelle économie en tant que lieu où des entreprises innovantes et soucieuses des enjeux sociaux seraient exclusivement orientées vers le développement durable et la planification sur le long terme.