La voix des PME en Europe – l’UEAPME veut poursuivre le dialogue avec le groupe des employeurs pour approfondir la coopération

Une plus grande attention aux besoins des PME et des entreprises familiales, un accès plus facile au financement, un allégement des charges bureaucratiques, une simplification des systèmes fiscaux et une coordination propre à répondre aux problèmes actuels – ce sont là quelques-unes des priorités mises en avant par Ulrike Rabmer Koller, la présidente nouvellement élue de l’Union européenne de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises (UEAPME).

Affirmant sa volonté d’approfondir la coopération et de coordonner leurs intérêts communs, le groupe des employeurs a salué la présence, à la première réunion du groupe de l’année 2017, d’Ulrike Rabmer Koller, présidente de l’UEAPME, et de Véronique Willems, sa secrétaire générale, afin d’examiner la situation actuelle des PME en Europe ainsi que les objectifs et les priorités qui sont les leurs.

«Les PME sont la colonne vertébrale de notre économie et le principal vecteur de croissance en Europe», a déclaré Mme Rabmer Koller. Elle s’est engagée à rendre l’Europe plus attrayante pour les investisseurs et à concevoir une politique de l’Union en faveur des PME qui tienne compte de leurs besoins réels. En sa qualité d’organisation qui représente des millions de PME en Europe, l’UEAPME a appelé de ses vœux de nouvelles améliorations en matière d’accès aux financements pour tous les types de PME et d’entreprises familiales, et non pour les seules jeunes pousses innovantes (start-ups). Tout en se félicitant de programmes tels que le volet «PME» de l’EFSI, COSME et Horizon 2020, l’UEAPME estime que de nouveaux progrès sont nécessaires pour garantir un accès plus aisé au financement ou pour mettre en place les cadres réglementaires appropriés et simplifier les régimes fiscaux.

«Les PME ont besoin d’un environnement adéquat pour créer de la croissance et parvenir à une convergence entre les différents États membres. Afin de disposer de systèmes viables, il nous faut renforcer la coopération entre les pouvoirs publics, les PME, les partenaires sociaux et les inspecteurs du travail», a ajouté Mme Rabmer Koller. En ce qui concerne les défis actuels liés à l’inadéquation des compétences ainsi qu’à l’émergence de nouveaux types de modèles de travail, la présidente de l’UEAPME a estimé nécessaire d’anticiper les changements et de se tenir prêts pour faire face à des menaces et des problèmes éventuels. Abordant plus spécifiquement la question du passage au numérique, elle a expliqué que la Commission européenne doit se montrer très prudente lorsqu’elle adopte de nouvelles législations, car celles-ci risquent d’imposer aux PME des charges supplémentaires entravant leur croissance.

«Les priorités du groupe des employeurs en ce qui concerne les PME sont pleinement alignées sur celles de l’UEAPME, et nous nous réjouissons de poursuivre avec vous une coopération fructueuse», a déclaré Jacek Krawczyk, le président du groupe des employeurs. Il a rappelé qu’au mois d’avril dernier, le groupe a organisé la table ronde sur les PME, où les représentants de toutes les grandes organisations européennes d’employeurs ont trouvé l’occasion d’engager une discussion franche et ouverte avec Elżbieta Bieńkowska, la commissaire européenne chargée des PME. Il a également fait remarquer que le groupe organiserait une conférence consacrée aux investissements privés lors de la présidence maltaise, et il a invité les représentants de l’UEAPME à y participer.

L’UEAPME (Union européenne de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises) est l’organisation d’employeurs qui représente les intérêts des artisans, des commerçants et des PME au niveau de l’Union européenne. L’UEAPME est un partenaire social européen reconnu, qui contribue, au nom des entreprises artisanales et des PME, au dialogue social européen ainsi qu’aux discussions avec les institutions de l’Union. L’UEAPME est l’une des principales organisations partenaires du groupe des employeurs.

Work organisation