«Comment faire des ODD l’affaire de l’Europe?»

This page is also available in

Le président Dassis appelle à davantage d’engagement en Europe

«L’aspect le plus remarquable de ce nouveau programme universel est que, dans un monde où les tensions, les égoïsmes nationaux et les conflits s’accentuent, les dirigeants internationaux sont parvenus à un accord sur une vision commune et une feuille de route qui aborde les grands défis mondiaux de notre temps: mettre fin à la pauvreté, et assurer le bien-être, le respect des droits de l’homme, la paix et la protection de notre planète», a déclaré le président Georges Dassis lors de la conférence sur le thème «Comment faire des ODD l’affaire de l’Europe», un débat à haut niveau sur la mise en œuvre de l'Agenda de l'ONU pour le développement durable à l'horizon 2030 organisé par le CESE en collaboration avec le ministère néerlandais des affaires étrangères, la charte pour les objectifs de développement durable et le réseau des solutions pour le développement durable, qui s’est tenue les 30 et 31 mai au siège du CESE à Bruxelles.

Les participants sont convenus que la réalisation de ces objectifs devrait être perçue comme une occasion en or pour l’économie de l’Europe et pour  développer une nouvelle vision positive et une feuille de route vers un avenir socialement inclusif et durable pour l'Europe et, par-là, avoir une incidence positive sur la vie de millions de personnes. Ils ont appelé de leurs vœux un leadership européen et ont souligné la nécessité d'une stratégie globale à long terme pour une mise en œuvre cohérente dans la politique aussi bien interne qu'externe de l'UE.

Néanmoins, le président du CESE, M. Dassis, a également exprimé ses préoccupations au sujet de l’Europe qui, «bien qu’ayant été le chef de file de l'Agenda de développement durable à l’horizon 2030, se montre maintenant quelque peu hésitante en ce qui concerne la mise en œuvre de ce programme». «Les ODD doivent être mis en œuvre dès maintenant et ils doivent être traduits dans de nouveaux modèles économiques afin de parvenir à une situation gagnant-gagnant, tant pour les conditions de vie et de travail des populations que pour les entreprises. Cet accord, remarquable, ne devrait pas être hypothéqué.» C’est en ces termes que le président a demandé davantage d’engagement et a offert le plein soutien du CESE.

Avec ses 350 membres issus de toutes les organisations représentatives des partenaires sociaux et d’autres groupes de la société civile des 28 États membres de l’UE, le CESE est un garant du rôle important de la société civile dans la mise en œuvre des ODD. Ces objectifs ne peuvent être réalisés que grâce à une forte coalition entre les gouvernements et les citoyens, les organisations citoyennes, les communautés locales, le secteur privé, les syndicats et d'autres acteurs importants. En fin de compte, ce sont les citoyens et la société civile qui seront les principaux moteurs du programme. Lors de sa dernière session plénière du 26 mai, le CESE a décidé de proposer la création d’un Forum européen en faveur du développement durable et d’aider à faciliter le dialogue entre les différentes parties prenantes.

Le président du CESE demande à la Commission de montrer la voie pour garantir un degré élevé d’engagement de tous les États membres en faveur de l'Agenda à l’horizon 2030.