Énergie nucléaire: le CESE souscrit à la proposition de la Commission sur le déclassement d’installations nucléaires mais préconise un suivi plus étroit

This page is also available in

Le Comité économique et social européen (CESE) soutient pleinement la proposition de la Commission sur le déclassement d’installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs. Il recommande toutefois d’adopter une approche plus durable et de renforcer le suivi des activités dans des domaines sensibles tels que la radioprotection des travailleurs. Le Comité juge en outre essentiel que la société civile participe au processus de suivi et que les conséquences socio-économiques fassent l’objet d’une évaluation.

Dans son avis sur le déclassement d’installations nucléaires, élaboré par Rudy De Leeuw et adopté lors de la session plénière de décembre, le CESE invite instamment la Commission à adopter une approche davantage axée sur le développement durable concernant le choix des sources d’énergie et plaide en faveur d’une gestion sûre et durable des déchets générés. La fermeture des centrales ne met pas un point final au cycle de l’énergie nucléaire, a déclaré M. De Leeuw. Le stockage à long terme des déchets nucléaires constitue un défi majeur pour l’UE. Le déclassement des centrales nucléaires et des déchets radioactifs devrait être effectué sur la base d’un bouquet énergétique durable, en conformité avec l’accord de Paris, a-t-il ajouté.

  • Améliorer le processus de suivi, y compris sa dimension sociale

Il est essentiel de renforcer les principaux indicateurs de performance utilisés pour suivre les progrès accomplis dans le déclassement et la gestion des déchets radioactifs, ainsi que le coût de ces opérations et les risques qui y sont associés. Il convient de prendre en compte également les performances en matière de radioprotection des travailleurs. Les activités financées par l’UE devraient promouvoir des emplois de grande qualité dans le respect du plus haut niveau de sûreté et de protection radiologique. En sus des experts et des autorités, il convient d’associer les organisations de la société civile et de les aider à participer au processus de suivi de ces activités.

  • Conséquences socio-économiques

Le CESE met l’accent sur l’importance de mesurer les conséquences économiques et sociales du démantèlement. Il y a lieu d’évaluer son incidence sur le marché du travail, les indicateurs de santé et le développement structurel des régions des États membres. Il importe en outre de saisir l’occasion que représentent les activités de démantèlement pour fournir une formation théorique et pratique supplémentaire aux forces de travail locales dans des domaines d’activités essentiels pour l’avenir. Ces formations ont toutefois un coût. Les connaissances acquises dans le domaine du démantèlement et de la formation des travailleurs devraient dès lors être disséminées au sein de toute l’UE.

  • Préoccupations liées au démantèlement du réacteur en Lituanie

Le Comité se dit préoccupé concernant le démantèlement de la centrale d’Ignalina en Lituanie. Le budget prévu par la Commission ne couvre que 70 % des besoins pour la période postérieure à 2020, ce qui témoigne d’un manque de solidarité et d’une assistance insuffisante pour une opération qui concerne également les pays voisins. Le démantèlement réussi de ce réacteur représente le plus grand défi que doit relever l’Union européenne en matière de sûreté nucléaire; aussi la priorité devrait-elle être accordée à la réduction des risques pour les citoyens de l’UE.

 

 

Contexte

Pour de plus amples informations sur les travaux récents du CESE dans le domaine de l’énergie nucléaire, vous pouvez consulter notre site web:

Downloads

Nuclear waste