Déclaration du groupe des travailleurs – Il faut mettre un terme à la crise humanitaire dans la Méditerranée!

This page is also available in

Une fois de plus, des milliers des personnes se noient dans la Méditerranée en essayant d’atteindre les côtes européennes. L’Union européenne est hésitante et incapable de trouver des solutions appropriées et efficaces. Le groupe des travailleurs du CESE appelle la présidence estonienne à faire de la recherche de solutions au niveau européen une des priorités de sa présidence  et à avancer des propositions concrètes.

Il ne s’agit pas d’une question qui touche un ou deux États. Il s’agit d’un défi pour l’UE entière lequel doit être adressé au niveau européen, car les principes et valeurs de l’UE sont en jeu, en particulier parce que les conséquences politiques d’un échec nous affecteraient tous et toutes, notamment dans le contexte d’une recrudescence des sentiments racistes et xénophobes.  Nous devons surmonter la tendance de considérer la fermeture de nos frontières et l’établissement de nouvelles barrières afin de nous «défendre» comme une solution aux pressions actuelles provoquées par l’arrivée des réfugiés.

Il faut faire face à cette nouvelle urgence dans un esprit européen de responsabilité et de solidarité internationale. De nouvelles propositions sont nécessaires comme, par exemple, l’ouverture, à des conditions précises, des ports d’autres États membres aux navires transportant des réfugiés. Il est important pour l’UE de multiplier les mesures contre le trafic et la traite d’êtres humains, en coordination avec les pays sud-méditerranéens.

Des sociétés fermées dotées de vieilles et de nouvelles barrières ne peuvent constituer l’avenir de l’Europe. La société civile continuera également à jouer son rôle en fournissant de l’aide aux réfugiés nouvellement arrivés et en facilitant leur intégration.

Au-delà de l’actuelle situation d’urgence, le groupe des travailleurs souligne également qu’il est important que l’Europe trouve une approche unifiée et coordonnée afin d’améliorer les voies de la migration légale vers l’UE.