Déclaration d'Oliver Röpke, président du groupe des travailleurs du CESE

This page is also available in

Le groupe des travailleurs du CESE condamne fermement la décision du gouvernement turc d'envahir la Syrie et de s'attaquer à la population kurde. Une attaque militaire agressive est en train de se dérouler aux frontières de notre continent.  

Des centaines de milliers de personnes quittent leurs villages; des femmes, des hommes et des enfants innocents sont les seules victimes; Hervin Khalaf, femme politique de renommée internationale, secrétaire générale du parti «Avenir de la Syrie» et grande défenseure des droits humains, a été assassinée de la manière la plus barbare.

L'Union européenne ne peut pas rester indifférente face à cette situation, au nom d'un accord avec la Turquie qui limite la migration vers l'UE. L'annonce de certains États membres d'interdire le commerce d'armes avec la Turquie arrive trop tard.

Des gens ordinaires partout en Europe ont pris conscience de la détresse des Kurdes! Il est temps que l'Union européenne mette fin au déplorable accord migratoire UE-Turquie et qu'elle établisse un plan international d'urgence qui aidera vraiment les réfugiés qui sont actuellement dans les camps turcs et ceux qui fuient la Syrie en raison des attaques turques. L'Union européenne doit immédiatement prendre position contre ces crimes contre l'humanité et ces crimes de guerre.

Le groupe des travailleurs exprime sa peine et son indignation face à cette crise humanitaire. Il appelle fermement les institutions européennes à entreprendre d'urgence une action commune pour mettre fin à ce massacre et établir un plan de paix solide et durable.

Downloads

Déclaration du groupe des travailleurs