Cybersécurité: le CESE soutient la création d’un centre européen de compétences

This page is also available in

Le Comité économique et social européen (CESE) appuie l’initiative de la Commission visant à créer un centre européen de compétences industrielles, technologiques et de recherche en matière de cybersécurité ainsi qu’un réseau de centres nationaux de coordination. L’objectif est d’aider l’Union à renforcer les capacités technologiques et industrielles dans le domaine de la cybersécurité et d’accroître la compétitivité du secteur européen de la cybersécurité.

Dans l’avis adopté lors de la session plénière de janvier et élaboré par Antonio Longo et Alberto Mazzola, le CESE souligne que la proposition de la Commission constitue une étape importante dans le développement d’une stratégie industrielle en matière de cybersécurité et représente, dans le même temps, une démarche stratégique en vue d’atteindre une autonomie numérique solide et totale. Ces éléments sont indispensables au renforcement des mécanismes de défense européenne face à la cyberguerre en cours, qui risque de mettre à mal les systèmes politiques, économiques et sociaux. Notre société toute entière est touchée. En dix ans seulement, nous avons constaté une augmentation exponentielle du nombre de cyberattaques à travers le monde, qui est passé de 800 000 à 8 millions, a souligné M. Longo. Nous approuvons les conclusions du sommet numérique de Tallinn de 2017 soutenant que l’Union doit devenir un acteur mondial de premier plan en matière de cybersécurité d’ici à 2025, et nous appuyons l’initiative de la Commission visant à créer un centre de compétences destiné à coordonner les centres nationaux et à servir de point de référence pour la communauté de la cybersécurité, a-t-il déclaré.

  • Un partenariat public-privé

Un partenariat public-privé sur la cybersécurité («PPPc») constitue l’une des pierres angulaires de la stratégie. Nous sommes favorables à l’extension de cette coopération au secteur de l’industrie, sur la base d’engagements fermes sur le plan scientifique et des investissements. Nous préconisons une approche tripartite associant la Commission européenne, les États membres et les entreprises, a ajouté M. Mazzola. Nous devons également laisser la porte ouverte aux entreprises des pays tiers, toutefois celles-ci devront respecter les conditions imposées par l’Union, sans quoi il ne leur sera pas possible d’être partie prenante, a-t-il conclu. Dans l’hypothèse d’une collaboration tripartite entre la Commission européenne, les États membres et le secteur de l’industrie, la présence d’entreprises de pays tiers se limiterait en effet à celles qui sont établies depuis longtemps sur le territoire de l’UE et qui font pleinement partie de la base technologique et industrielle européenne. Elles seraient alors soumises à des contrôles appropriés en vue de vérifier si le principe de réciprocité et les obligations de confidentialité sont respectés.

  • Financement

Le budget proposé par l’UE s’élève à environ 2 milliards d’EUR et proviendrait du programme pour une Europe numérique. Cette enveloppe serait complétée par un montant à déterminer provenant du programme «Horizon Europe» et une contribution totale des États membres d’un montant au moins équivalent à celle de l’Union. Le Comité souligne que la proposition de la Commission devrait mieux préciser selon quelles modalités le centre de compétences pourra intervenir concernant la coordination des financements du programme pour une Europe numérique et du programme «Horizon Europe». En outre, afin d’accroître l’enveloppe financière, le CESE recommande de renforcer les synergies avec d’autres instruments financiers de l’UE, tels que les Fonds régionaux et les Fonds structurels.

  • Un centre d’excellence

Une fois mis en place, le centre de compétences devrait promouvoir, en coopération avec les universités, les centres de recherche et les établissements d’enseignement supérieur, des initiatives visant à garantir aux citoyens une éducation et une formation d’excellence (par exemple, grâce à des cours spécialisés dispensés dans les établissements d’enseignement secondaire et de troisième cycle), et à fournir un soutien spécifique aux jeunes entreprises et aux PME.

Downloads

Cybersecurity centre