Avis sur l'examen annuel de la croissance 2016 : Consolider la reprise et renforcer la convergence

Le présent avis (rapporteur: Juan MENDOZA CASTRO (GRII) a été adopté au cours de la session plénière des 17 et 18 février 2016 (séance du 17 février) par 139 voix pour, 8 voix contre et 11 abstentions.

 

Contenu essentiel de l'avis

Sept années après le début de la crise, le Comité exprime son inquiétude face au taux de chômage élevé, en particulier dans certains États membres. L'EAC 2016 comporte davantage d'analyses et d'objectifs à caractère social. Toutefois, pour être efficace, cette nouvelle approche ne devrait pas se baser sur la réitération des recommandations politiques des années antérieures.

L'EAC 2016 doit mettre l'accent sur le renforcement de la gouvernance afin d'exécuter de manière efficace les grandes politiques européennes d'intégration des marchés et de modernisation de l'économie. Les réformes structurelles, combinées avec une politique monétaire de soutien et un assainissement budgétaire favorable à la croissance, sont les trois piliers qui contribuent à une reprise solide tout en augmentant les perspectives de croissance à long terme.

Le CESE suggère que, dans le cadre des priorités politiques, les efforts se concentrent en particulier sur deux domaines: l'investissement et l'emploi. Une «action immédiate» est nécessaire pour lutter contre le chômage de longue durée (qui représente 50 % du chômage total) et le chômage des jeunes. Dans le même temps, le grand nombre de personnes exposées au risque de pauvreté ou d'exclusion amène à s'interroger sur la réalisation d'un des grands objectifs de la stratégie Europe 2020.

Le CESE se félicite de la décision de renforcer le suivi des objectifs de la stratégie Europe 2020 et de la division du semestre européen en une phase européenne et une phase nationale, en ce qu'elle permettra de mieux délimiter les responsabilités dans la réalisation des objectifs fixés. Par ailleurs, les investissements dans la transition énergétique (accord de Paris) doivent devenir une source de création d'emplois et de développement économique.

Enfin, le CESE demande la pleine participation de la société civile dans les politiques sociales et les programmes nationaux de réforme par l'intermédiaire des conseils économiques et sociaux et organisations similaires.